22-01-2019 19:16 - Mauritanie : en ouverture, le festival des sagesses populaires [PhotoReportage]

Mauritanie : en ouverture, le festival des sagesses populaires [PhotoReportage]

Cridem Culture - Samedi 19 Janvier, l’édition 2019 du festival des sagesses populaires, qui met en lumière les contes et les poésies, s’est ouverte au musée national, à Nouakchott.

Des conteurs en herbe, à l’image de Aldiouma Sao, Mbarka Diagne étaient à l’honneur. A leurs côtés, il y’avait le conteur Abderrahmane Diallo qui a répondu à l’appel, comme les années précédentes, à cet évènement initié par le conteur mauritanien, Ciré Camara, directeur de l'Espace Culturel Diadié Tabara Camara.

Invité de l’édition 2019, le français d’origine algérienne Kamel Zouaoui a également joué sa partition, avec des contes qui ont séduit l’assistance.

Le festival des sagesses populaires va clore le 26 Janvier, à l’institut de français de Mauritanie, avec la récompense des meilleurs élèves conteurs issus des écoles partenaires à cet évènement. A l’ouverture, ont été lus des poèmes sur le rêve, thème de l’édition 2019. Autre moment de rêve, le conte de Kamel Zouaoui, qui a exprimé tout son bonheur d’être en Mauritanie.

"J’ai la chance d’être algérienne. Je suis né en France. Donc, j’ai deux cultures. Et grâce à ces deux cultures, je peux aller rencontrer les autres sans inquiétude, sans peur. Quand on a la chance d’avoir une culture qui nourrit le cœur, on peut aller rencontrer tout le monde. Merci beaucoup pour votre accueil que vous m’avez fait, ici, merci beaucoup […] Au début du monde, les contes n’existaient pas, au début du monde, les gens ne se racontaient pas. Conter, c’est se raconter. Conter, c’est se rappeler qu’on est vivant. Quand on raconte nos légendes, quand on raconte nos traditions, quand on raconte nos croyances, ça veut dire qu’on confirme qu’on est vivants. Ça veut dire que nous, nous passons et que les histoires restent", s’est adressé Kamel Zouaoui, à l’assistance.

Avant d’enchainer : "Il y’avait au début du monde, une femme qui habitait dans une forêt. Elle habitait avec son mari et ensemble, ils n’avaient pas d’enfants. Et son mari, tous les jours, il cassait les arbres, il détruisait les arbres, il coupait les arbres. Il était tellement triste de ne pas avoir d’enfants que le soir, quand il rentrait, il posait la hache, il lavait ses mains et il tapait sa femme…"

Texte & Photos | Par Babacar Baye NDIAYE

©CRIDEM / (22 Janvier 2019)



Avec Cridem, comme si vous y étiez...












































































Source : Cridem Culture
Commentaires : 0
Lus : 1758

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)