07-02-2019 17:45 - Mauritanie, le coup de fil qui a empêché Aziz de se représenter

Mauritanie, le coup de fil qui a empêché Aziz de se représenter

Mondafrique - Si le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a renoncé à se présenter en 2019 pour un 3eme mandat, c’est en raison des pressions de ses plus proches amis, dont le président de l’Assemblée Nationale, Cheikh Ould Baya.

Alors que cet hiver un certain nombre de parlementaires proches du président Aziz concoctaient un amendement parlementaire pour modifier la constitution et lui permettre de se présenter pour un troisième mandat, le chef de l’état a du opérer un soudain rétro pédalage.

Un communiqué de la Présidence annonçait en effet fin janvier qu’il ne se représenterait pas lors des présidentielles du printemps 2019.

Pressions amicales

En effet, Aziz a subi les pressions de ses plus proches amis le dissuadant de tenter un nouveau mandat. Ainsi le président de l’Assemblée Nationale et maire de Zouerat, Cheikh Ould Baya, qui appartient au tout premier cercle l’a appelé au téléphone alors qu’il était à l’étranger.

La teneur de ce coup de fil décisif fut sans équivoque. «Il y a beaucoup d’oppositions au sein du parti présidentiel et chez les militaires à que tu envisages un nouveau mandat, alors que la constitution ne le permet pas. L’annonce de ta candidature serait la cause de troubles que nous ne parviendrons pas à maîtriser ».

Partie remise

Après être entré dans une colère froide, Aziz a finalement décidé de suivre ces conseils de prudence.

Quitte à expliquer à son successeur désigné, le général Mohamed Ould Ghazouani, ministre de la Défense, qu’il ne le soutiendrait qu’à condition qu’il s’engage à lui céder la place d’ici un an ou deux.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Mondafrique
Commentaires : 2
Lus : 9287

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Salem Vall (H) 11/02/2019 08:19 X

    Ghazzouani et Cie doivent faire très attention. Le gars ne se résout pas à quitter le pouvoir. Juste un conseil

  • Bertrand (H) 07/02/2019 20:27 X

    C’est le canular le plus imbecile jamais entendu. Est ce un petit billet payé ? L’opposition en interne ou en externe n’a jamais préoccupé ceux qui sont aux commandes Non et pourquoi « ballait » s’est il présente et n’a pas attendu qu’Aziz revienne? Et pourquoi Aziz s’est ilnpresse et n’a pas attendu de revenir au pays. Non ça vient de ses amis armés. Il n’y a pas d’autre explication intelligible