09-02-2019 06:45 - Un haut responsable du HCR visite les réfugiés mauritaniens à Kayes

Un haut responsable du HCR visite les réfugiés mauritaniens à Kayes

Atlasinfo - Il s’agit des négro-mauritaniens qui ont trouvé refuge dans notre pays après les incidents survenus entre le Sénégal et la Mauritanie en avril 1989. A Kayes, ils sont estimés à 15.327 parmi lesquels 1.116 ont bénéficié d’une régularisation administrative.

Le Haut commissaire assistant chargé de la protection au Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), Volker Türk, a effectué le 6 février 2019 une visite à Kayes pour s’imprégner des conditions de vie des réfugiés mauritaniens vivant dans la 1ère région administrative du Mali. Cette visite a été marquée par la remise officielle des certificats de nationalité malienne à une dizaine de Mauritaniens et Mauritaniennes vivant chez nous.

Ces négro-mauritaniens ont trouvé refuge au Mali après les incidents survenus en avril 1989 entre le Sénégal et la Mauritanie. Plus de 80.000 Mauritaniens ont été contraints à l’exil au Mali et au Sénégal. Les réfugies mauritaniens vivant à Kayes sont estimés à 15.327 sur lesquels 1.116 ont bénéficié d’une régularisation administrative.

Ce mercredi 6 février 2019, des certificats de nationalité malienne ont été délivrés à 10 réfugiés lors d’une rencontre qui s’est déroulée dans la salle de conférence du gouvernorat de Kayes. Avant cette rencontre, 4 autres personnes avaient bénéficié de la naturalisation par décret.

Le Haut commissaire assistant chargé de la protection au HCR et sa délégation ont été accueillis par le gouverneur Baye Konaté et ses proches collaborateurs. Il était accompagné de Mme Liz Ahua et de Angèle Djohossou, respectivement directrice régionale du HCR pour l’Afrique de l’ouest et représentante du HCR au Mali. Dans sa délégation, figuraient plusieurs des responsables des ministères (Solidarité et Action humanitaire, Administration territoriale et Décentralisation, Maliens de l’extérieur et Intégration africaine).

Peu après son arrivée dans la Cité des rails, Volker Türk a tenu une rencontre informelle avec les réfugiés mauritaniens dans la salle informatique du gouvernorat. À travers des questions «Qui parmi vous était récemment en Mauritanie ?», «Avez-vous des contacts avec vos communautés respectives en Mauritanie et «Avez-vous engagé des procédures pour l’acquisition des documents en Mauritanie ?», Volker Türk a tenu à se faire une idée sur la situation actuelle des réfugiés mauritaniens vivant à Kayes et leurs perspectives. Il leur a suggéré de s’adresser à leur consulat basé à Bamako pour l’obtention des documents.

Il ressort de ces échanges que des rapatriements volontaires ont eu lieu en 1997, même si certains réfugiés sont revenus plus tard dans leur camp à Kayes. Les négro-mauritaniens ont commencé à recevoir leurs cartes de réfugiés en 2013.

Auparavant, le HCR leur remettait des attestations d’accueil. Ces négro-mauritaniens sont confrontés à des problèmes d’éducation, de santé, d’eau et de documents. Mais, ils reconnaissent les efforts déployés par le ministère de la Solidarité et de l’Action humanitaire et d’autres départements en direction de leurs communautés respectives.

Après cette réunion, il s’est rendu dans la salle de conférence du gouvernorat pour une rencontre avec les officiels et les différents acteurs impliqués dans la gestion des réfugiés.

« L’acquisition de la nationalité est très importante, car, elle illustre une bonne cohésion sociale au Mali, ce qui est extraordinaire. Je suis très heureux que les réfugiés soient bien traités et que le processus d’intégration suit son cours normal. Le Mali est un bon exemple », a déclaré le Haut commissaire assistant chargé de la protection au HCR. Il a annoncé qu’un grand événement mondial se tiendra cette année, en octobre, à Genève sur les questions de réfugiés, dont l’apatridie.

«Cette visite de haut niveau nous rassure de l’importance que vous accordez à ces refugiés de longue durée qui ont besoin de solutions durables, malgré l’asile prolongé au Mali. C’est dans ce cadre que certains ont acquis la nationalité malienne.

En facilitant cette acquisition, notre pays réaffirme son engagement vis-à-vis des conventions relatives à l’apatridie auxquelles le Mali a adhéré. Vous conviendrez avec moi que cette population de réfugiés a encore besoin de l’accompagnement de votre structure, même si nous ne perdons pas de vue que le HCR n’est pas une institution chargée du développement afin de les rendre autosuffisants»,
a estimé le gouverneur Baye Konaté. Selon lui, ces mesures d’accompagnement doivent prendre en compte la population hôte pour pérenniser la bonne cohésion sociale.

Le gouverneur de la région de Kayes a aussi signalé que notre pays renouvelle son engagement à entamer des discussions avec la Mauritanie pour la création d’un cadre idéal pour la signature d’un accord tripartite pour le retour des réfugiés mauritaniens pour ceux qui le souhaitent dans les meilleurs délais.

De son côté, Datt Alpha, président de l’association des réfugiés mauritaniens au Mali (AREMA), a invité le HCR et le Mali à conjuguer leurs efforts pour les aider dans l’organisation des rapatriements volontaires de ses compatriotes et pour leur intégration locale.

Bandé Moussa SISSOKO

AMAP-Kayes

Par bamada.net



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 0
Lus : 1698

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)