12-03-2019 12:51 - Les "100" jours du gouvernement Béchir : Sclérose et Flou total

Les

Mauriweb - Plus de cent jours que le nouveau premier Ministre, Mohamed Salem Ould Béchir, a pris fonction à la tête d’un nouveau gouvernement, à la suite des élections générales de septembre.

L’homme peine encore à enfiler son nouveau costume et se résigne à du surplace. Ses appels à violer la Constitution pour un troisième mandat ont précipité sa dépréciation. Malgré son passage devant les députés et le discours copié-collé de ses prédécesseurs, l’action du chef du gouvernement est bien plus léthargique qu’on pouvait le soupçonner.

Sans doute parce que le nouveau locataire traine avec lui un énorme déficit professionnel et un manque de légitimité politique. En fait, l’homme n’a fait que prendre le train en marche –après avoir failli faire dérailler celui de la Snim. Mais ce n’est, sans doute pas, sa faute, cette fois.

En effet, l’homme ne s’attendait pas à une telle promotion malgré les innombrables services rendus à son employeur. S’il pouvait se confondre, dans les précédents gouvernements, avec tous les ministres qui le composaient, Ould Abdelaziz ne lui a pas rendu l’ascenseur en l’exposant ainsi à l’appréciation de l’opinion. La mine timide, Ould Béchir est tout sauf une foudre de guerre.

Il est bien loin du chef d’orchestre et du politique dont rêvait certainement Aziz en l’imposant à ce poste, au moment où l’optique du 3ème mandat était portée en étendard. D’ailleurs l’on se demande toujours comment le président Aziz, en fin de mandat, pouvait-il espérer insuffler, à un moment aussi crucial pour lui, une quelconque note d’espoir en nommant Béchir aux commandes du gouvernement ; lui qui a échoué à redresser la Snim et bien avant elle la Somelec (2009-2013)? Assurément, les raisons de cette « confiance» étaient ailleurs.

Un baptême avorté


Après son coup d’essai insipide à l’Assemblée nationale, le premier Ministre entrant, arrivé en sa qualité de simple militant UPR dont il n’appartenait pas au directoire, s’est englué dans une vaine tentative de se faire de la place. Malgré ses coups de boutoirs pour haranguer les gens du Chargh et ses appels au troisième mandat, en faveur de son mentor, Mohamed Ould Abdelaziz, Mohamed Salem Ould Béchir a visiblement raté le coche politique.

Depuis l’homme semble mieux accepter sa position de figurant en revoyant à la baisse son ambition. Il faut dire que cette tentative de « susciter » le 3ème mandat n’a jamais été bien vue y compris dans le cercle du pouvoir. Depuis, le premier Ministre qui a remplacé sur l’échafaud, Yahya Ould Hademine, traîne cette tentative comme un boulet aux pieds. A 57 ans, plusieurs fois ministre (2013 et 2016), Ould Béchir découvre ses limites politiques.

Ajoutons-y son « expérience » managériale des entreprises publiques et la sclérose qui sévit depuis plus de 100 jours à la tête du gouvernement pour mesurer l’ampleur de la déception de l’opinion publique déjà mal servie par une gestion désastreuse accentuant la promiscuité des populations. Ould Abdelaziz constate, mais un peu tard, qu’il avait misé sur un cheval perdant.

J.D



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 6
Lus : 2101

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (6)

  • africanwoman (F) 15/03/2019 08:22 X

    Article bien écrit mais c'est un faux process qui est fait à ce Monsieur, qui est en effet plus un technocrate qu' un politicien. Dans le contexte actuel ou toute la république s'est rangée derrière le president fondateur et son parti ... vous voulez que ce soit lui qui se soulève et montre une autre voie!!! Meme l'opposition joue le jeu du système, en ne désignant pas un candidat unique ... Toute la Mauritanie, est officiellement sous coupe réglée à l'exception d'une poignée d'hommes qui se sont démarqués. Ne cherchez pas un bouc émissaire, nous sommes tous des Béchir en puissance, nous essayons d'être tous tels des roseaux, nous plier sans rompre en attendant de meilleures saisons.

  • a.bennan (H) 14/03/2019 21:01 X

    Belle analyse.Mais que voulez vous faire d'un cancre parmi tous ceux qui prolifèrent dans l'administration?Rien à en tirer!

  • leguignolm (H) 12/03/2019 20:14 X

    Je vous assure à ma première vision, je me suis posé la question, qui est Monsieur encor ?

  • jepense (H) 12/03/2019 14:46 X

    Au vu de son parcours, on a l'impression que c'est fait exprès ou qu'il n'y a pas de suivi de performance des haut fonctionnaires de l’état ou que Les nominations sont régies par des critères autres que la performance

  • dykrim (H) 12/03/2019 13:06 X

    Et demain quelqu’un va nous le proposer comme président n’est-ce pas Hanafi?

  • dykrim (H) 12/03/2019 13:03 X

    Ouiiiije l’avais complètement oublié ce messier il est devenu quoi ?