09-04-2019 22:30 - Le Japon accorde 2,2 milliards F CFA aux réfugiés maliens en Mauritanie

Le Japon accorde 2,2 milliards F CFA aux réfugiés maliens en Mauritanie

Apanews - Le Japon a octroyé un financement de 2,2 milliards F CFA, soit 3,8 millions de dollars US aux réfugiés maliens établis en Mauritanie et à la population locale avoisinante, a annoncé mardi à Nouakchott l’ambassadeur nippon, Norio Ehara.

Ce financement est un soutien humanitaire, a précisé M. Ehara au cours d’une conférence de presse. Au nombre de 57 000, les réfugiés maliens en Mauritanie sont concentrés dans le camp de M’berra, près de la ville de Bassiknou, à l’extrême est du pays.

Le diplomate a rappelé qu’au cours des sept dernières années, le pays du soleil levant a débloqué une aide globale de 39,6 milliards F CFA, soit 68 millions de dollars US pour ces réfugiés et la population mauritanienne voisine.

De son côté, Nabil Othman, le Coordinateur résident du Système des Nations Unies (SNU) à Nouakchott, a expliqué que la subvention japonaise permettra de financer des projets à travers plusieurs agences du SNU : le Bureau international du travail (BIT), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), le Programme alimentaire mondial (Pam), le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef).

Ces agences interviendront entre autres dans la santé, la sécurité alimentaire, la résilience des populations frontalières face à la sécheresse, la migration irrégulière, le terrorisme, la radicalisation des jeunes et l’insertion socioprofessionnelle des jeunes.

Le Coordinateur du SNU a par ailleurs indiqué que grâce aux financements japonais en 2018, 1700 femmes enceintes et allaitantes et 4700 enfants âgés de 6 à 59 mois dans le camp de M’berra ont bénéficié d’aliments nutritifs.

Nabil Othman a ajouté que 95% des ménages dans ce camp (contre 52% en 2017) consomment quatre variétés de denrées alimentaires par jour, non sans indiquer que 6023 enfants mauritaniens ont obtenu un paquet intégré de services sociaux et de sanitaires.

Toujours selon lui, plus de 16 000 enfants mauritaniens en situation de malnutrition aigüe ont aussi reçu des traitements en 2018 là où plus de 37 000 enfants ont bénéficié de suppléments nutritionnels.

MM/id/te/APA





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Apanews
Commentaires : 0
Lus : 997

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)