26-04-2019 07:00 - Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Faits divers… Faits divers… Faits divers…

Le Calame - Psychose à Tin Soueïlim

Tin Soueïlim est le plus vieux quartier de l’Est de Nouakchott. Une zone populeuse et peuplée où transitent ceux qui viennent de Toujounine, Mellah, Tarhil, la plupart des quartiers d’Arafat et de Dar Naïm. Sa surface n’atteint pas deux kilomètres carrés. Le commissariat de police de Toujounine 2 lui fait face, coté Est.

Celui de Dar Naïm 2 le flanque au Nord-est, non loin de la brigade de gendarmerie de Dar Naïm. La direction régionale de la Sûreté de Nouakchott-Sud et le commissariat spécial chargé des mineurs jouxtent sa limite Sud-est. Enfin, le commissariat de police Arafat 2 a ouvert son siège, ily a peu, à l’Ouest.

En somme, une très grande présence sécuritaire. Malgré cela, le quartier est celui qui souffre le plus de la criminalité et de ses conséquences. Nous n’avons cessé de le souligner : des malfaiteurs à l’arme blanche s’y éparpillent, très tôt chaque nuit, en quête de proies, des gens sont braqués ; plus souvent agressés. La « bande des douze » et celle des « motoristes » font ravage, au vu et su de tous.

Il y a quelque nuit, un jeune circulant, très tôt, dans un lieu gardé et lumineux, est pris à partie par quatre gaillards armé de couteaux. Ils lui en assènent plusieurs coups aux bras, avant de lui vider les poches et fuir. Des passants et un gardien ne sont pas intervenus et voilà le pauvre jeune homme à baigner dans son sang.

Heureusement, des bonnes volontés l’évacuent à l’hôpital où il est sauvé. La police n’a même pas cherché à arrêter ses agresseurs. La même nuit, un autre jeune garçon est, lui aussi, grièvement blessé au couteau, par une bande composée, elle aussi, de quatre éléments, à deux cents mètres du lieu de la première agression.

Le lendemain, les urgences de l’hôpital Cheikh Zayed reçoivent trois personnes qui ont été poignardées en des lieux séparés de Tin Soueïlim. L’un d’eux s’est présenté en tant que gendarme, il dit avoir été agressé en son propre domicile.

Au sortir d’une épicerie du quartier, vers vingt-trois heures, un couple a failli passer un mauvais moment. Un groupe de « djenks » les ont pris en filature. Les ayant remarqués, l’homme a prié son épouse de hâter le pas, pour se réfugier dans une maison voisine.

Tout récemment, le fameux restaurant El Arabi a été attaqué, à une heure tardive, par une bande se déplaçant en véhicules sans plaques. Pris à partie sous la menace de machettes, clients et restaurateurs ont été déplumés.

Un voleur lynché à sang

Il y a quelques nuits, les urgences de l’hôpital Cheikh Zayed grouillent de monde, vers minuit, comme d’habitude. Des dizaines de patients et accompagnateurs se pressent en brouhaha, dans les salles et couloirs. Tous les lits de consultation sont occupés, des gens y sont soignés, d’autres attendent leur tour. Soudain, une voiture de la gendarmerie s’arrête en face de la porte d’entrée.

Les pandores en font descendre un homme, le corps en sang et à peine habillé d’une culotte. Il semble avoir été bien tabassé. Main sur son crâne saignant, il pleure. On le fait entrer dans une petite salle de garde et deux médecins se présentent. « Celui-là est accusé de vol », explique un gendarme, « une famille de Dar Naïm l’aurait pris « la main dans le sac », a-t-elle dit.

– Mais que lui est-il donc arrivé ? », demande un médecin. « Il a été pris à partie par la foule déchaînée, trop souvent victime des malfaiteurs à Dar Naïm », répond le gendarme.

Les médecins exigent alors une réquisition. Les gendarmes s’y refusent, prétendant ne pas être concernés. « Nous avons empêché la foule de le tuer, nous l’avons évacué et basta ! », lancent-ils en remontant à bord de leur véhicule.

La tête du blessé a été complètement scalpée. Il souffre beaucoup. Comment faire administrativement face à cette situation ? Pour établir ladite procuration, Les médecins entrent en contact avec la police qui s’y refuse à son tour, arguant de ce que c’est à la gendarmerie qui a évacué le blessé d’établir le document. L’homme passe quatre heures à souffrir, sans que personne ne lui vienne en aide. « Si j’avais les moyens, j’aurai soigné ce malheureux », déplore un médecin stagiaire.

On demande en vain à tous ceux qui passent s’ils peuvent contribuer à identifier l’infortuné voleur et trouver ainsi quelqu’un qui puisse prendre en charge ses soins. Vers trois heures du matin, l’homme s’éclipse discrètement. On l’a vu sortir de l’hôpital et disparaître dans l’obscurité.

Mosy



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2511

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • mystere1 (F) 26/04/2019 09:22 X

    Oh pauvreté quand tu nous ! quand cette situation démunie atteint la personne a un niveau extrême, cette personne perd sa dignité, jusqu'à sa foi en Dieu, donc que Dieu nous en Garde d'être pauvre à l'extrême comme le disait notre Prophète (SWL), dont il affirmait qu'à un degré de niveau extrême de pauvreté, la personne perd la foi en Dieu, et c'est logique à 100%, oui l'individu se fâche contre Son Seigneur en se demandant pourquoi IL (Dieu) lui A Donné cette situation démunie alors que les autres sont riches, ainsi il va jusqu'à culpabiliser Dieu en pêchant, n'empêche que le vol est haram et qu'on doit couper la main du voleur, quant à ce pauvre voleur, lui aussi il vient de cette classe de démunie socialement, ainsi voilà le resultat de ses actes, et tout cela pourquoi c'est parcequ'il y'a une injustice et inégalité des conditions de vie dans ce pays dont les ressources sont énormes, avec une population pas nombreuse, il y'a tant de métiers à promouvoir pour la jeunesse afin qu'ils gagnent dignement leur pain ! ce voleur n'est pas le 1er et ne sera pas le dernier, et nous savons tous qu'il y'a pire ! c'est l'insécurité dans les quartiers à savoirs des criminels qui tuent abominablement, sans parler de ces gangs de hold up, et expert en l'art de dévaliser les banques comme dans les films, etc... et j'en passe ! le pays va mal injustement et qu'Allah nous Donne des dirigeants justes, car IL Est Le Juste des justes.