01-05-2019 07:30 - Mauritanie/Droits des Haratins : une politique étatique à deux vitesses

Mauritanie/Droits des Haratins : une politique étatique à deux vitesses

Le Monde Arabe - Les Mauritaniens ont défilé en masse dimanche 29 Avril à Nouakchott pour dénoncer le sort réservé par l’Etat aux descendants d’esclaves.

La société civile mauritanienne a fait éclaté son courroux lundi 29 avril dans les rues de la capitale pour défendre l’égalité d’accès aux droits sociaux, politiques et économiques des Haratins. Ces descendants d’esclaves noirs – amenés des régions subsahariennes par les marchands arabes ou berbères, ou issus de la période d’esclavagisme du monde arabo-musulman – sont effet largement marginalisés par les élites locales.

Dans les faits, cette manifestation avait reçu l’aval du gouvernement de Mohamed Ould Abdel Aziz, pourtant généralement “peu “avenant” lorsqu’il s’agit d’aborder la problématique de l’esclavage, véritable chimère du pays.

En conséquence, les participants ont défilé sans heurt particulier pour dénoncer une injustice historique. Un dénouement que n’a pas manqué de souligner auprès de Xinhua le député El Id Ould M’Barek, dirigeant du mouvement à l’origine de la manifestation.

« Le public issu de toutes les composantes de la société a pris conscience de l’urgence de la question des droits des Haratins pour prendre part à cette marche qui constitue en soi, un message d’espoir, de sérénité pour une Mauritanie réconciliée avec elle-même », s’est ainsi félicité l’intéressé.

Une politique étatique à deux vitesses

Pour information, la position de Nouakchott en la matière peut laisser perplexe puisque outre son abolition en 1981, l’Etat a également érigé l’esclavage au rang de crime contre l’humanité en vertu d’une loi votée en août 2015. Un texte sensé sanctionné “les contrevenants” à des peines pouvant aller jusqu’à 20 ans d’emprisonnement, contre 5 à 10 ans auparavant.

Pourtant, dans les faits, près de 43 000 personnes en subissaient encore les conséquences ces dernières années, soit environ 1% de la population totale, souligne un rapport d’Amnesty International.

A lire aussi : Esclavage : Donald Trump frappe la Mauritanie économiquement



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le Monde Arabe
Commentaires : 0
Lus : 1361

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)