01-05-2019 08:30 - Le calvaire d’El Mahjoubi

Le calvaire d’El Mahjoubi

Le Calame - Mohamed Sid El Mahjoubi, la trentaine révolue – il a exactement trente-deux ans – ne sait véritablement pas par où commencer à relater sa dramatique histoire. Né, selon sa déclaration, en 1987 à Médine d’Arabie saoudite, il perd très tôt son père.

C’est avec sa mère et sa tante qu’il grandit, pratiquement sans grands problèmes, malgré la modestie des revenus dont sa famille dispose. Comme ses deux parentes, il exerce toutes sortes de petits métiers, participant aux charges que leur impose la rigueur de la vie dans un domicile heureusement prêté par un bienfaiteur.

Le décès de sa mère, alors qu’il n’est âgé que de dix-neuf ans, puis celui de sa sœur, victime d’une césarienne mal maîtrisée, l’affectent profondément. Dépourvu de la nationalité saoudienne, il essaie de se faire alors adopter, par filiation, par un homme qui lui soustrait quasiment toutes les économies familiales – quelque trente mille riyals – avant de le « vendre » aux autorités qui lui font subir toutes sortes de mauvais traitements.

Et Mohamed d’évoquer son viol, dans une clinique de Médine où il avait été admis, suite à un grave traumatisme, consécutif à des tortures physiques et mentales subies, des mois durant, en divers commissariats de police. Puis le voilà expédié, sans autre forme de procès, en Mauritanie.

Complètement déconnecté, il tente d’y retrouver quelque parent. Se sachant originaire de Kiffa, il s’y rend en espoir d’un soutien. Il y rencontre, nous dit-il, de lointains cousins de son père qui ne lui sont, finalement, d’aucun secours, notamment dans l’obtention « plus que fastidieuse » d’un état-civil mauritanien.

Fréquentant régulièrement les mahadras et prêcheur en diverses mosquées, El Mahjoubi se retrouve suivi par les services de sécurité. Cherchant à se faire remarquer, il organise un sit-in sous une tente, devant l’ambassade du Mali, mais la police l’arrête, suite à un prêche dans une mosquée où il s’en prenait, sans ménagement, au royaume saoudien. Il est placé plusieurs jours en garde-à-vue, au commissariat 1.

Le temps qu’un cousin lui confectionne un dossier médical qui l’expédie à l’hôpital psychiatrique de Sebkha. Après plusieurs tentatives d’en fuir, il est libéré, quelques semaines plus tard.

Puis El Mahjoubi participe, en vain, au concours de recrutement des agents de police d’Aleg et décide, en suivant, de retourner à Nouakchott à pied, en véritable aventurier. Ce n’est qu’au bout de sept jours de marche qu’il y arrive, après avoir organisé nombre de prêches dans les mosquées sur sa route.

Découragé de ne recevoir aucune réponse favorable des agences des Nations Unies qu’il prétend avoir contactées, par correspondance, en les priant de l’aider à retourner en Arabie saoudite, Mohamed se rend à l’ambassade de France dont il franchit le mur à l’insu des services sécuritaires. Grosse panique en la représentation diplomatique.

Maitrisé par les gendarmes français, il est remis aux agents du commissariat 1 de Nouakchott où il séjourne, à nouveau, dix-sept jours durant. Et le voilà accusé de terrorisme par les autorités mauritaniennes.

Véritable sans famille, El Mahjoubi vit actuellement avec un ami, à Dar Naïm, en attendant, dit-il, que sa situation se règle et qu’il puisse, enfin, retourner vivre en Arabie saoudite, avec l’espoir, à plus de trente ans, d’en obtenir la nationalité.

En telle expectative, il raconte, à qui veut bien l’écouter, les séquences incohérentes d’une histoire complètement alambiquée par une dépression grandissante, frôlant un désespoir aux conséquences imprévisibles.

Mohamed Sid El Mahjoubi d’origine mauritanienne mais né en Arabie Saoudite ne sait « plus à quel saint se vouer », comme il dit, coincé entre deux incertitudes : « parvenir à vivre avec des cousins qui n’ont, jusque-là, rien fait pour moi ou à retourner au royaume saoudien où sont morts mon père, ma mère et ma sœur, dans la souffrance et le dénuement ».



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2053

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • lass77 (H) 01/05/2019 09:13 X

    Encore des calamités rapportées par ce journal nommé CALAME, je comprends il a été baptisé ainsi. Pour cette affaire, cette tete ressemble à nos beydans, c'est la preuve qu'il n'est pas Arabe sinon l'Arabie ne l'aurait pas expulsé meme si la nationalité Saoudienne ne s'obtient par le droit au sol comme dans la plupart des pays musulmans et Arabes. Il fallait que son pére soit Saoudien de sang ce qui n'est pas son cas manifestement. C'est un calvaire pour ce type. Il ne pourra pas retourner en Arabie Saoudite puisqu'il n'est pas Saoudien et de plus avec son passé de terrorisme qui le colle à la peau, il risque d’être exécuté. Que la Mauritanie s'occupe du cas de cet apatride fabriqué par l'Arabie Saoudite mais aussi les autres apatrides que la Mauritanie fabrique également. A bon entendeur.