09-06-2019 15:10 - Aïoun : Biram fustige les leaders haratines

Aïoun : Biram fustige les leaders haratines

Le Calame - En meeting ce samedi 8 juin à Aïoun, Biram Dah Abeïd a dézingué les présidents de partis et d’ONG haratines , « des bras armés du régime», qui n’ont cessé de le vilipender.

Les qualifiant de «laudateurs » et de « valets », Biram révèle qu’ils sont les porteurs de la voix du mensonge et de messages qui trompent le peuple. Sur cette lancée, il n’a pas mâché ses mots à l’encontre du régime de Ould Abdel Aziz qui est, dit-il, à l’origine de la marginalisation de toutes les couches sociales, estimant que les mauritaniens sont victimes de l'arbitraire et d'inégalités criantes.

Ainsi, Biram a mis à nu la politique exclusionniste du régime qui depuis une décennie a mis en marge des composantes importantes notamment des haratines à la marge de la sphère étatique et des rouages économiques.

Déroulant son programme électoral fondé sur la renaissance du pacte social, Biram promet l’émergence d’une société juste et égalitaire où tous les mauritaniens se reconnaîtront. Il a réitéré son intention de combattre l’esclavage et le racisme.

Biram a appelé les populations d’Aïoun comme celles de Néma la veille à saisir l'occasion qui leur est offerte le 22 juin 2019 pour matérialiser les aspirations des mauritaniens à un changement pacifique en votant massivement en sa faveur.

Différents orateurs notamment le directeur de la campagne au Hodh Gharbi, Mohamed Ould Breïka s’étaient relayés au micro pour vanter le programme électoral du candidat, ses mérites à travers son combat pour l’avènement d’une société démocratique et juste non sans dénoncer les maux dont souffre le peuple mauritanien résultant, selon eux, de la gestion gabégique du régime de Ould Abdel Aziz.

Ils ont appelé les mauritaniens à sanctionner le candidat du régime qui espère perpétuer un système honni par l’écrasante majorité de la population.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 3914

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Esprit Critique (H) 11/06/2019 10:45 X

    avec votre mentalite archaique ,vous ne pourrez jamais evoluer si vous ne changer pas de mentalite et de comportement.vous serrez toujours en retard par rapport a l'evolution de ce monde

  • mystere1 (F) 10/06/2019 15:08 X

    il ne manquait plus que biram crache ses cousins sans les épargner, oui c'est claire aussi que cela lui fait mal, que sa lutte n'est pas pareille avec celle de ces derniers.