11-06-2019 13:12 - Présidentielle 2019 : L’opposition mauritanienne prise au piège de la participation

Présidentielle 2019 : L’opposition mauritanienne prise au piège de la participation

Afrimag - L’opposition mauritanienne livrera encore bataille, lors de la présidentielle de juin 2019, sans avoir le choix des armes. Le pouvoir poursuivra son agenda jusqu’au bout… La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) conserve finalement sa composition actuelle.

Majorité et « opposition dialoguiste ». Les cinq candidats qui s’opposent à celui du pouvoir, le général à la retraite Mohamed Ould Ghazouani, doivent donc faire avec. « L’offre » du ministre de l’Intérieur de porter le nombre des membres du Comité de pilotage à 11, en favorisant l’entrée de 3 éléments de l’opposition radicale, n’était, finalement, qu’une manœuvre du pouvoir pour gagner du temps.

Il faut une femme, avait dit le ministère de l’intérieur et de la décentralisation, comme s’il savait, d’avance, que le Forum national pour la démocratie et l’unité(Fndu) allait refuser cette exigence pourtant fort simple.

Il n’y aura pas, non plus, d’observateurs étrangers. Le ministre de la Culture, de l’artisanat et des relations avec le parlement, porte-parole du gouvernement, avait déclaré que l’État ne va pas dépenser l’argent des mauritaniens sur des étrangers !

Pourtant, l’Union européenne dont le représentant à Nouakchott a rencontré le président de la Ceni, en compagnie de deux experts envoyés par Bruxelles, se dit prête à observer la présidentielle du 22 juin 2019 si la Mauritanie en exprime le désir.

Lors des élections municipales, législatives et régionales de 2018, l’UE avait noué un partenariat avec le Forum national des droits de l’homme (Fonadh), un regroupement de plusieurs organisations de la société civile réputées parmi les plus sérieuses pour observer les élections en son nom.

Pour finir ce tableau pas vraiment à l’avantage de l’opposition, l’impression des bulletins de vote à été confiée à une société appartenant au président de l’Union du patronat mauritanien (Unpm), l’homme d’affaires Zeine El Habidine Ould Cheikh Ahmed, celui-là même dont l’un des nombreux immeubles sert de siège au candidat du pouvoir pour lequel il bat ouvertement campagne !

Alors, que reste-il pour l’opposition? Boycotter? On parlera sans doute d’une « démission », d’un aveu d’impuissance, alors que, pour exiger un minimum de transparence, il fallait, d’abord, agir en aval. Coordonner entre les différents candidats, quand l’opposition avait manqué l’opportunité de présenter un candidat unique face à celui du pouvoir.

À quelques semaines de la présidentielle, le « piège » se referme donc sur une opposition qui ne peut plus faire marche arrière.

Embarquée dans une course à la présidence dont les règles lui échappent, il ne lui reste plus alors qu’à espérer une bonne « tenue » de la Communication électorale nationale indépendante Ceni) dont le président, l’ancien ministre et diplomate, Mohamed Vall Ould Bellal, ne cesse de répéter que l’institution qu’il dirige a mis de côté l’appartenance de ses membres à des partis politiques dès l’instant qu’ils ont prêté serment et décidé d’œuvrer uniquement pour la tenue d’élections libres et transparentes.

Cette offre de garantie s’est traduite par la rencontre avec les six candidats, au siège de la Ceni, et l’échange d’informations sur l’état des préparatifs ainsi que la prise en compte de leurs remarques et suggestions pour l’organisation d’une présidentielle « convenable ».

Reste que le rapport de forces est en train de s’équilibrer, à mesure que l’échéance approche. La probabilité très forte que le candidat du pouvoir passe au premier tour n’est plus présente que dans les calculs de ses soutiens les plus engagés et qui se recrutent, pour la plupart, dans la garde politique rapprochée du président sortant.

Ce qui fait douter ceux qui ont quitté le camp de l’opposition pour rejoindre le « candidat du consensus » de la possibilité, voir la volonté tout simplement, de favoriser une rupture en douceur avec la gestion jugée « chaotique » du président Aziz entre 2009 et 2019.

Les derniers évènements liés à la vente par la Snim de la mine de Fdérik à une société australienne, et les rumeurs qui circulent sur la possibilité de voir la société de production de sucre de Foum-Gleita (Gorgol) subir le même sort, renforce cette idée que le pouvoir agit comme s’il voulait mettre dans l’embarras son propre candidat!

On doute cependant que cela suffise pour empêcher Ould Ghazouani porté par les trois pouvoirs que sont l’Argent, la tribu et le savoir (l’élite qui a toujours fait allégeance au régime) d’accéder à un pouvoir vu par la majorité actuelle comme un « héritage » à protéger.

Par Mohamed Sneïba Comité Editorial – Casablanca



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 2004

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • Ahmedabdallah (H) 11/06/2019 17:07 X

    Le seul piège dont est victime l'opposition, je parle bien sûr de la véritable opposition au régime dictatorial de Mohamed Ould Abdel Aziz, pas de l'opposition "banaveu" dont les membres la composant ont été démasqués et sont rapidement allés se jeter dans les bras de ce même régime, le seul piège disais-je dont l'opposition responsable est victime c'est son AMOUR SANS LIMITE DE LA PATRIE! Voilà tout! Et les putschistes, sans état d'âme, profitent de cette donnée importante! Jusqu’à quand?

  • lass77 (H) 11/06/2019 14:34 X

    Sans fraude et trucage , Ghouazani ne peut gagner. Au nom de quoi les Mauritaniens devraient t-il voter pour un système moribond ?

  • hamadel (H) 11/06/2019 14:02 X

    zéro gazwani zéro les bidasses

  • hamadel (H) 11/06/2019 13:43 X

    le peuple doit faire un vote sanction au candidat le moins instruit dans ce groupe et encourager un vote civil les bidasses y 'en a marre le pays se trouve dans la famine aujourd'hui et c'est l’œuvre des sandris au pouvoir.

  • cccom (H) 11/06/2019 13:41 X

    Aziz: au Baccalauréat 2019, au lieu de se résigner aux 5 et 10%... ... d'admis médiocres de notre systéme EDU de 700h/an affilié au systéme "paresseux" français du 15 Mai 1950 attendus les prochains jours, destructeur, à mon avis, de nos acquis à 90%, et en appui au pays et à l'élection de futur Président, assistez SVP le 15 Juillet 2019 "notre proposition d'assistance aux Conseils Régionaux pour 1,8milliards UM/an durant 3 ans de réforme de l'Education gratuite et intensive non planifiée" de 2100 à 2800h/an du systéme dit Cerveaux Oasis de Maaden à la fois anglo-saxon et asiatique qui a fait ses preuves et garant à moindre coût de temps et d'argent de 9O% de bacheliers trilingues dans tous les villages et quartiers urbains en 3 ans pour créer un droit de 250 milliards UM aux Conseils Régionaux durant le futur mandat. Pour vous démontrer la perspicacité de mes initiatives non planifiées, je vous prie ces 2 initiatives qui ont marqué le développement régional : 1- Dans l'Agriculture. Affecté Prefet Keur Masséne en 84 dans une année de sécheresse et de famine destructrice de 95% du Cheptel National ( ref stat.CNAPES/85) et aprés constat de l'inexistence d'un seul ha rizicole aménagé dans ce Département , j'avais multiplié par 20 le rythme decennal de 50ha/an d'aménagement au Trarza de la SONADER en riziculture au Trarza par mon initiative non planifiée de l'Etat d'aménagement gratuit de 1000ha puis par 100 aussitôt sur le fleuve en 87 par l'émulation de mon Bureau d'études (BEERAM) (Ref les stat. CILSS/OMVS/SSA/MDRE/91disponibles). 2- Dans l'Education Dans mon initiative d'ONG en 95 à Maaden El Ervane, aprés constat de l'inexistance d'un seul bachelier depauis l'indépendance dans cette Oasis j'avais multiplié durant 11 ans successifs par 100 le nombre de bacheliers trilingues gratuits à cursus réduits de 2 à 3/4 en 2008 par rapport aux 3 Moughataa(AOUJEFT, Chinguetti et Ouadane) en Adrar (ref tableau comparatif des Lycées des 3 Moughataas daté du 22/1/2OO9).. Nouakchott le 11 Juin 2019 Cheikhany Ould Sidina Conseiller Régional de l'Adrar Administrateur Promoteur de Développement