11-07-2019 13:12 - Sans Barkhane, les Etats du Sahel s'effondreraient "sur eux-mêmes" (général Lecointre)

Sans Barkhane, les Etats du Sahel s'effondreraient

TV5 MONDE - Le chef d'état-major des armées françaises, le général François Lecointre, a estimé jeudi que les pays du Sahel s'effondreraient "sur eux-mêmes" et que le "terrorisme" y deviendrait incontrôlable sans l'appui de la force française Barkhane.

"Si on n'est pas là, si on part demain et si avec les Européens qui nous accompagnent dans la gestion de cette crise très grave nous n'agissons pas, ces pays s'effondreront sur eux-mêmes, le terrorisme s'y développera de façon incontrôlée, pourra éventuellement gagner et s'exprimer ensuite en France et en Europe et par ailleurs on connaîtra des phénomènes de migration absolument phénoménaux", a-t-il déclaré sur la chaîne d'information CNEWS.

La force antijihadiste Barkhane mobilise quelque 4.500 militaires dans cinq pays du Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie). Elle concentre particulièrement ses efforts dans la région du Liptako Gourma dans le nord-est du Mali.

Dans ce pays, des zones entières continuent d'échapper au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, qui sont régulièrement visées par des attaques meurtrières malgré un accord de paix avec l'ex-rébellion à dominante touareg dans le nord, censé isoler définitivement les jihadistes.

Ces dernières années, ces attaques se sont étendues au centre et sud du Mali ainsi qu'au Burkina Faso et au Niger voisins, devenant de plus en plus fréquentes, le nombre de victimes se chiffrant en milliers malgré le déploiement massif de forces de sécurité.

"La région dans laquelle nous faisons effort, le Liptako Gourma, représente le quart de la France", a relevé le général Lecointre, interrogé sur les difficultés à enrayer les violences sur le terrain.

"La France ne peut pas en quelques mois, ni même quelques années régler un problème réparti sur un territoire très vaste, avec des gens qui sont au milieu des populations, qui les terrorisent", a-t-il souligné.

"Le problème est par ailleurs bien plus large qu'un simple problème militaire. C'est un problème systémique, qui comporte des sujets de développement, de gouvernance, qui est aggravé par les tensions interethniques, par la sécheresse qui sévit au Sahel", a-t-il ajouté.

AFP



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1512

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • Belphegor (H) 11/07/2019 17:43 X

    @hi Vous ne pouvez cependant pas nier que sans l'intervention française dans le cadre de l'operation Serval il y a longtemps que Bamako serait tombée sous le contrôle total des jihadistes qui s’apprêtaient a fondre sur elle.

  • mdmdlemine (H) 11/07/2019 17:03 X

    Il ne faut pas généraliser du moins pour la Mauritanie où du temps de "Serval" le pays a sécurisé ses territoires D'ailleurs les puissances comme la France dispersent les forces locales et les rendent vulnérables alors qu'en leur absence, il y a tout de même un peu de concertation et d'ortganisation dans les pays du Sahel pour mener front uni contre l'Ennemi Barekhna ne serait-elle plutôt le vrai obstacle au demarrage timide des opérations de la force commune du G5 Sahel Posez la question aux experts militaires et surtout aux hauts commandements des armées des Etats membres pour savoir

  • hi (H) 11/07/2019 16:03 X

    C’est du n’impo quoi Mr le Général. Aucune réussite à nos jours et le Mali est soumis à une pression sans précédent.

  • medabdul (H) 11/07/2019 15:52 X

    IL a parfaitement raison;les armées moriba des mossi et de bambaras ne font pas le poids.