21-07-2019 19:20 - La fondation SAHEL demande une enquête sur les "mauvais traitements infligés aux femmes en prison"

La fondation SAHEL demande une enquête sur les

Adrar Info - La fondation SAHEL de défense des droits de l’homme a demandé l’ouverture d’une enquête, sur ce qu’elle a qualifié de "mauvais traitements infligés, il y a deux jours, à des femmes détenues à la prison de Nouakchott".

Dans une déclaration publiée samedi, l’organisme a appelé, à l’ouverture d’une enquête urgente, afin de révéler les circonstances de l’affaire et de sanctionner les responsables impliqués.

"La prison pour femmes de Nouakchott connait, depuis ces deux derniers jours, l’entrée des prisonnières, dans une grève, pour protester contre les tortures et les traitements cruels et dégradants qui leur sont infligés par les gardiens surveillant leur prison", indique le communiqué.

La déclaration poursuit: "Nous condamnons les mauvais traitements qui ont lieu dans cette prison et dans d’autres prisons. Nous rejetons le fait que des gardes hommes soient chargés de la surveillance de la prison des femmes. Nous apprécions les efforts de la Commission nationale des droits de l’homme, qui a vite rendu visite à la prison et observé les événements qui s’y déroulent, tels qu’ils sont".

La fondation a dénoncé "la situation misérable qui caractérise les prisons mauritaniennes en général", appelant à la nécessité de remplacer les gardiens de prison constitués d’éléments de la Garde nationale, qui "ne possèdent pas les qualifications suffisantes pour un travail aussi spécial", par des gardes exclusivement formés pour la surveillance des prisons.

La fondation s’est demandé : "Où se trouve le mécanisme national contre la torture, quel est son rôle et à quoi sert-il, s’il ne venait à intervenir dans ce cas?"

Source : https://www.alakhbar.info/?q=node/19084

Traduit par adrar.info





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 17704

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Aboulamine (H) 23/07/2019 12:51 X

    @medabdul comment pouvez vous qualifier de "Khoroujou" un appel au respect des droits humains suite à des cas avérés de manquements observés dans cette prison des femmes ? Nous devons changer cet état d'esprit passif face à des situations que chacun d'entre nous devrait dénoncer.

  • mystere1 (F) 23/07/2019 12:04 X

    C’est injuste et inadmissible, il faut que l’on traite avec délicatesse certaines prisonnières, surtout celles enceintes ou autres cas vulnérables, après tout ce sont des femmes quelques soit le motif ou cause qui les a fait punir derrière ces cellules les pauvres.

  • medabdul (H) 22/07/2019 00:31 X

    ah ça c'est du khouroujou;on commence a avoir les pommettes saillantes.