07-09-2019 15:35 - Vidéo. Mauritanie: un expert justifie l’exigence d’audit de la gouvernance de Ould Abdel Aziz

Vidéo. Mauritanie: un expert justifie l’exigence d’audit de la gouvernance de Ould Abdel Aziz

Le360 Afrique - La Coalition des forces du changement démocratique (CFCD) insiste sur la nécessité d’un audit des 11 années de gouvernance de l’ancien président Mohamed ould Abdel Aziz. Mohamed El Hassen, économiste et expert-comptable, explique le sens de cet audit de la gouvernance de l’ancien régime.

Déterminée à maintenir la pression sur le nouveau pouvoir, la CFCD, coalition de partis de l’opposition et de la société civile, a organisé une conférence débat sur l’audit de la gouvernance de l’ancien président Mohamed ould Abdel Aziz.

A ce titre, Mohamed El Hassen, économiste, expert-comptable et auditeur, explique le principe général de l’audit à la fin et au début d’une nouvelle gouvernance. Cet exercice, légal et pratique, peut être demandé par plusieurs acteurs, les responsables gouvernementaux, la classe politique, la société civile, de simples citoyens, les partenaires au développement...

L’ancien gestionnaire doit se plier à la requête, car son refus serait synonyme d’une gouvernance en décalage avec les principes de transparence.

Dans le cas de la Mauritanie, il note «un basculement brutal de l’orientation du budget de l’Etat vers l’investissement, dont l’essentiel est consacré à la construction des routes, au détriment des secteurs sociaux (santé, éducation, lutte contre la pauvreté). Une action non accompagnée par une stratégie de modernisation des transports.

La réalisation de ces travaux était toujours confiée à ATTM, une filiale de la Société nationale industrielle et minière (SNIM), qui sous-traite systématiquement les marchés à pertes, à une ou deux entreprises privées. D’où un déficit cumulé qui a fini par dépasser son chiffre d’affaires.

L’expert a également abordé «la mauvaise politique d’investissement de la SNIM» dans l’objectif de multiplier par 4 sa production annuelle de minerai de fer à l’horizon 2025, qui s’est traduite par un recours excessif à l’endettement extérieur.

Mohamed El Hassen a aussi parlé du gonflement rapide de la dette extérieure de l’Etat, «essentiellement auprès du Fonds arabe pour le développement économique et social (FADES). Celle-ci atteint plus de 99% du Produit intérieur brut (PIB), alors que la moyenne africaine se situe à 60% du PIB».

Quant à la balance commerciale «elle est structurellement déficitaire, alors que la valeur de la monnaie nationale, l’ouguiya, par rapport aux devises, est dans une spirale de dépréciation continue depuis plusieurs années».

Par notre correspondant à Nouakchott
Cheikh Sidya







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2708

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Keur-Bouki (H) 07/09/2019 17:25 X

    Espérons que monsieur l’expert aille jusqu’au bout de sa logique avec les partis politiques et la société civile, ce qu’il dit est effarant et donne une logique d’audit des biens de l’état et du peuple, mais aurait-il le soutien des autres parties. En écoutant le discours du premier ministre, on peut dire que le dossier de la gestion économique et catastrophique d’Aziz est un vrai test de l’indépendance de la justice et des outils pour sa mise en œuvre, le pouvoir exécutif sera mis à rude épreuve de pouvoir laisser le pouvoir judiciaire faire son travail sans ingérence aucune, ce qui sera très difficile à accepter entre deux feux politiques, ceux qui menacent de faire chuté le régime à travers le parlement et les autres de Ghazouani qui résistent et veulent faire juger l’autre camp. ON VERRA comment cela va se passer chez les hyènes politiques à leur de se départager ou se dévorer sur le résultat de l’audit qui risque fort d’être un éléphant blanc comme les chantiers d’Aziz.