09-10-2019 09:30 - Déclaration de MNHRUS relative aux récentes sorties du président de la Fondation Sahel aux USA

Déclaration de MNHRUS relative aux récentes sorties du président de la Fondation Sahel aux USA

Mushahide - Le président de la Fondation Sahel Brahim Ramdane actuellement en visite aux USA a déclaré lors de sa rencontre avec certaines autorités du département d’état américain son souhait de voir la Mauritanie réintégrer la liste des pays bénéficiaires de l’AGOA (African Growth Opportunity Act) dont elle a été exclue en Janvier 2019.

Cette décision a été prise par la Maison Blanche à la suite d’énormes pressions d’un vaste réseau d’organisations de défense des droits de l’homme sur les élus des deux chambres du congrès qui ont fini par convaincre le président Donald Trump à passer à l’acte.

La raison évoquée dans la déclaration de l’exécutif américain était que la Mauritanie faisait peu d’efforts pour éradiquer l’esclavage héréditaire.

Rappelons également qu’en 2017 un groupe de parlementaires américains et non des moindres avaient sommé la directrice du FMI d’annuler une ligne de crédit accordée au gouvernement Mauritanien pour les mêmes raisons.

Mauritanian Network for Human Rights in US (MNHRUS) condamne fermement cette démarche entreprise par le président de la Fondation Sahel et ses collaborateurs visant à saper le moral des victimes de l’esclavage, du racisme d’état, de l’exclusion et de l’arbitraire en Mauritanie.

MNHRUS salue toute initiative ayant pour objectif de contraindre les autorités mauritaniennes à mettre fin à l’injustice et réitère son engagement aux côtés des victimes et ayant droits.

MNHRUS invite toute les organisations de défense des droits de l’homme où qu’elles se trouvent à œuvrer dans le sens de promouvoir la justice et à se dresser contre toute démarche qui s’inscrit dans la logique de pérenniser l’impunité en Mauritanie.

Mauritanian Network for Human Rights in US (MNHRUS)

La Communication

08/10/2019



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 1437

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Bertrand (H) 09/10/2019 11:36 X

    Vous n’êtes pas démocrates : laissez le dire et présenter ce qu'il veut comme vous le faites avec acharnement et laissez les autres décider, dès lors que vous n'avez d'existence que par la grâce de ces autres chez qui vous vivez et auxquels vous soutirez des subsides. Parlez vociférez, mentez, abusez, désinformez, mais n'essayez pas d'empêchez les autres d'écouter un autre. C'est quoi ça. Vous avez peur de la contradiction, parce que votre discours est faux et faible.