Cridem

Lancer l'impression
15-04-2014

06:39

Mission médicale italienne du cœur à Nouakchott - [PhotoReportage]

Athie Athie - « Les médecins mauritaniens que nous avons accompagnés durant les trois ans du projet ont acquis des capacités certaines pour aller vers leur autonomie pour la prise en charge des maladies cardiaques, pour cela, il faut trouver des ressources locales nécessaires pour assurer la relève du projet ».

Une mission médicale italienne de l’hôpital San Camillo de Rome, le plus grand d’Italie en pathologie cardiaque, vient de séjourner, du 5 au 13 avril à Nouakchott.

Composée de chirurgiens cardiaques, d’anesthésistes, de cardio- interventionnistes, de cardio-échographistes, d’un infirmier réanimateur, de 2 infirmières instrumentalistes, d’un infirmier de cathétérisme, la mission entre dans le cadre d’une coopération entre le centre national de cardiologie (CNC) de Nouakchott (Mauritanie) et du ministère de la santé italien et l’institut coopération universitaire (ICU),...

... pour le renforcement des capacités du personnel de cette structure médicale, a indiqué, le Pr Ahmed Ould Eba, directeur du centre. Les spécialistes italiens ont procédé, avec leurs collègues mauritaniens du CNC à de nombreuses interventions chirurgicales du cœur dans l’unité de chirurgie du centre, logée à l’hôpital Cheikh Zayed, pris d’assaut par de nombreux patients en quête de traitement et de soins.

Au total, 45 patients ont bénéficié différents actes : dilatation d’aorte, opération à cœur ouvert, angioplastie…L’accent a été mis sur la chirurgie interventionnelle qui nécessite un matériel de pointe, avec moins d’impact sur le patient, a indiqué le chef de la mission, Dr Marco Stefano Nazzaro. C’est une formation pratique, tout est fait au bloc opératoire, et les médecins italiens ont plus accompagné leurs collègues mauritaniens plutôt que de faire le travail à leur place.

D’ailleurs note Dr Khaled Ould Boye, chirurgien cardiovasculaire, « ce sont les médecins mauritaniens qui ont le gros du travail avec l’appui de leurs homologues italiens » Et d’ajouter « cette 4e mission a profité à 50 patients qui ont subi des interventions en chirurgie cardiaque et angioplastie, les résultats sont bons ».

Une assertion confirmée par le chef de la mission italienne, Dr Marco Stefano Nazzaro de l’hôpital San Camillo de Rome et Stéphania Funaro, cardiologue échographiste, de l’équipe médicale italienne. Pour cette dernière, les médecins mauritaniens sont sur la bonne voie, il suffit de renforcer les acquis du programme en cours pour les amener à une autonomie certaine.

Comme pour concrétiser cela, le chef de la mission a supervisé, le dernier jour, une réparation d’une artère coronarienne effectuée par une équipe mauritanienne, au profit d’un patient de 82 ans. L’artère était bouchée, et grâce à un matériel utilisés en Europe et apporté par l’équipe, elle a été ouverte et a repris à fonctionner sous nos yeux. « Comme vous l’avez vu, grâce à cet instrument, ce patient a évité une chirurgie cardiaque lourde consistant à lui ouvrir le thorax. »

En effet, Il a suffit d’une simple anesthésie locale pour introduire un métal (guide) à partir du bras jusqu’au cœur, ouvrir l’artère bouchée avant d’y installer quelque chose qui va la maintenir désormais ouverte pour faire circuler le sang normalement.

Au terme de cette angioplastie, le chef de la mission italienne a bien voulu répondre à nos questions:


Quelle est le but de cette mission médicale ?

- Dr Marco Stefano Nazzaro : Cette mission est la quatrième que nous effectuons en Mauritanie dans le cadre de la coopération entre le centre national de cardiologie mauritanien, le ministère de la santé italien et l’institut de coopération de coopération universitaire (ICU). C’est une mission de formation et de renforcement des capacités du personnel médical du centre dans le domaine des maladies du cœur.

Nous avons privilégié une cardiologie interventionnelle, sans chirurgie lourde, grâce à un matériel de pointe qu’on utilise en Europe. On peut donc opérer le cœur sans ouvrir le thorax. La mission est composée de 15 personnes, différentes spécialités. Je peux vous dire que nous avons opéré près de 50 personnes en 6 jours. C’est un travail énorme.

Quel a été le rôle des médecins mauritaniens au cours de cette mission ?

Je puis vous dire que ce sont eux qui ont fait le boulot, nous n’avons fait que les assister, nous n’intervenons que si c’est nécessaire. Ils ont déjà acquis les capacités d’effectuer une dilatation coronaire sur place et sans assistance. C’est dire que le fondement est déjà solide, il faudra le consolider. Avec un peu plus de perfectionnement, de suivi des acquis de 3 ans déjà, les médecins mauritaniens seront autonomes, pour réaliser des interventions sans assistance.

Je signale que le programme financé le ministère de la santé italien et l’ICU s’achève en décembre prochain, il faudra, d’ici là, rechercher des ressources locales, parce que le programme touche à sa fin en décembre prochain, afin de continuer le travail de formation, c’est vital pour le pays. La dernière mission viendra en novembre prochain.

Je profite de l’occasion que vous m’offrez pour remercier l’ensemble de l’équipe mauritanienne du CNC, médecins et infirmiers confondus, pour leur motivation, nous avons eu à faire jusqu’à 9 patients dans la journée, ils n’ont pas flanché. Je n’oublie pas la direction générale du centre pour sa disponibilité, sa promptitude à parer à toutes les éventualités.


Avec Cridem, comme si vous y étiez...












Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org