Cridem

Lancer l'impression
09-03-2017

14:30

Mauritanie : suspension d’une séance parlementaire après des accusations de racisme

Alakhbar - Le président de l’Assemblée nationale mauritanienne, Mohamed Oud Boilil, a suspendu la séance plénière de ce mercredi suite à des accusations de racisme entre les députés Mahfoudh Ould Jeyd (UPR- Pouvoir) et Saoudatou Wane (AJD/MR- Opposition).

Saoudatou Wane a interrompu son collègue Mahfoudh Ould Jeyd qualifiant l’intervention de ce dernier d’ « humiliation des Noirs mauritaniens».

« Vous êtes racistes, a-t-elle dit. Vous essayez par tous les moyens de nous priver de nos droits dans ce pays. Tout Noir, vous voulez le cerner. Mais vous n’y parviendrez pas.»

Mahfoudh Ould Jeyd appelait à faire usage de l’Arabe (langue officielle) et éviter la traduction à l’Assemblée nationale. La Constitution mauritanienne reconnaît quatre langues officielle et nationales: Arabe, Poular, Soninké et Wolof.

Mahfoudh Ould JeydOuld Jeyd de dire: « L’Arabe n’est pas seulement la langue des Maures. C’est la langue du Coran (…) En Russie, il existe 24 millions de Tatars et 80 millions de Kazakhs qui ne parlement pas leur langue locale au Parlement ».



Ould Jeyd a également nié la «domination» des Maures au sein des instituions militaire et sécuritaire de la Mauritanie. « Trois ans avant, il y avait trois Noirs à la tête des quatre appareils sécuritaires en Mauritanie sans que cela ne suscite des réticences.»

Et pour Ould jeyd, «il n’y a pas d’arnaque en Mauritanie. Il n’y a pas de riches aux détriment d’autres. Plutôt, il y a des fonctionnaires dans les différentes communautés qui ont acheté des résidences à Tevragh Zeina (quartier chic de Nouakchott) et des commençants qui disposent des boutiques »

Le Parlement mauritanien est en session extraordinaire depuis mercredi 22 février 2017 pour discuter, entre autres, des modifications constitutionnelles dont la suppression du Sénat et de la Haute cour de justice, le changement des drapeaux et hymne nationaux et la création de conseils régionaux.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org