Cridem

Lancer l'impression
20-03-2017

21:45

Exploration pétrolière : le Sénégal à l’école britannique

La Tribune Afrique - Le Sénégal a besoin d’un savoir-faire, d’une humaine ressource de qualité pour exploiter ses champs de pétrole. Mis en place en 2016 par le président de la république du Sénégal, Macky Sall, le Cos-PETROGAZ, un comité de supervision et de contrôle de la politique de l’Etat sénégalais en matière de développement de projets pétroliers et gaziers est à la recherche d’un modèle pour accomplir cette mission entamée aujourd’hui à Londres.

La grande est une référence dans le domaine des hydrocarbures. C'est une économie charbonnière ou progresse l'or noir. Ce statut lui a valu une expertise, notamment dans les domaines de la formation, du transfert de technologies, du savoir-faire en matière d'exploitation de ressources gazières et pétrolières, très convoitée par le Sénégal, bientôt dans le club des pays producteurs de pétrole.

C'est tout le sens d'ailleurs de la visite officielle en Grande-Bretagne du secrétariat permanent du Comité d'orientation stratégique du pétrole et du gaz (COS-PETROGAZ) entamée ce lundi.

"Pendant les cinq jours que durera cette visite, sous invitation de gouvernement britannique, selon l'agence de presse sénégalaise(APS), la délégation conduite par le secrétaire permanent du COS-PETROGAZ, Ousmane Ndiaye, et accompagnée par Son Excellence Monsieur George Hodgson, ambassadeur de la Grande-Bretagne au Sénégal, se verra présenter l'expertise britannique dans les (...) secteurs pétrolier et gazier, à Londres, Manchester et Edinbourg".

Le volet financier et juridique également au menu

Selon toujours la même source, la délégation se rendra aussi aux sièges respectifs des compagnies pétrolières impliquées dans le développement [des hydrocarbures] au Sénégal, à savoir Kosmos/BP et Cairn Energy, les responsables du COS-PETROGAZ avant de rencontrer les acteurs majeurs du secteur financier britannique, lors d'un déjeuner de travail organisé par City UK et Standard Chartered.
Outre le volet financier et technique, la formation dans le secteur des hydrocarbures sera aussi au menu de cette « consultation », qui va d'ailleurs s'achever au Forth Valley College, en Ecosse. Une étape non moins importante.

Le Sénégal qui compte sortir des terres de Diamniadio, une ville située à une trentaine de kilomètres du centre-ville de Dakar, la capitale Sénégalaise, un institut du pétrole et du gaz pour une ressource humaine de qualité dans la production et la commercialisation des hydrocarbures, est à la recherche d'« une bonne école » pour s'inspirer de son modèle.

Le géant British Petroleum (BP) a déjà investi plus d'un milliard de dollars dans les champs gaziers de Mauritanie et du Sénégal. Cette visite devra aussi permettre à Londres et Dakar de travailler au "renforcement du cadre juridique et réglementaire du secteur des hydrocarbures au Sénégal".



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org