Cridem

Lancer l'impression
06-08-2017

17:18

Ahmed Ould Daddah : J’invite Mohamed Ould Abdel Aziz à démissioner …

Le Quotidien de Nouakchott - La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), après le referendum du 05 aout, donne des résultats partiels par bureau de vote.

Elle n’a jusqu’ici donné aucune indication sur le taux de participation, enjeu majeur de ce référendum boycotté par une partie de l’opposition en Mauritanie. Les «boycottistes», réunis au sein d’une coalition appelée G8, parlent de « réussite de son boycott actif » et « d’un taux de participation d’une faiblesse sans précédent. »

Au-delà du constat de « l’absence d’engouement » au niveau des bureaux de vote, concrètement, sur quoi se base l’opposition pour parler d’un faible taux de participation ?

Réponse de Ahmed Ould Daddah, président du RFD : «ce qui a prévalu au niveau des bureaux de vote hier 05 aout n’a pas besoin de preuve. Il y a des situations qui sont des preuves par elles-mêmes. Les preuves sont nécessaires pour justifier des prétentions dans des situations où la vérité n’est pas évidente. Ce qui s’est passé le 05 aout était tellement patent, avec des bureaux de vote déserts. Le pouvoir a échoué de façon manifeste. Le pouvoir, victime de son échec, doit s’excuser auprès du peuple et démissionner. J’invite Mohamed Ould Abdel Aziz à démissionner pour retrouver quelque chose de son honneur. »

Toujours en réponse à la même question, Biram Ould Dah Abeid de IRA Mauritanie a déclaré : « Nous ne sommes pas devant des élections régulières. La nature du fond ne nous permet même pas de jeter un coup d’œil sur la forme. Les sénateurs ont déjà rejeté cette tentative de referendum, le passage en force est donc illégal, et, le résultat, quelque soit le chiffre, ne peut être qu’illégal.»

Le président des FPC (ex Flam) Samba Thiam, a donné une réponse à la même question. Il a noté que le G8 fonde sa conclusion de « faible taux de participation » sur plusieurs éléments.

« Il y a d’abord une enquête de terrain au niveau des bureaux de vote, ensuite le refus de la présence des observateurs qui prouve que le pouvoir a des choses à cacher, enfin au niveau de l’intérieur, des représentas de la CENI ont confirmé ce faible taux de participation.»

Le Quotidien de Nouakchott



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org