Cridem

Lancer l'impression
14-11-2017

08:54

Mauritanie : les compagnies pétrolières étrangères battent en retraite

Les Mauritanies - Les compagnies pétrolières qui exercent sur le bloc pétro-gazier mauritanien sont sans doute traumatisé par le problème de leur rentabilité financière.

En effet, après le retrait des compagnies pétrolières Tullow Oil et Sterling en début novembre, c’est au tour de la société pétrolière malaisienne Petronas d’annoncer son départ du champ de Chinguetti, située à 65 kilomètres de Nouakchott, d’ici décembre 2017, apprend-on lundi 13 novembre de sources concordantes.

Cette décision a été prise sciemment par les autorités de cette structure puisqu’ils ont plusieurs fois notifié à l’Etat mauritanien de leur faire un allégement fiscal afin qu’ils puissent maintenir une certaine rentabilité financière.

Lors de la reprise de ce puits d’exploitation pétrolière, la société tablait sur une production journalière 75000 barils par jour. Mais le coût d’une production trop élevé et une baisse des cours du pétrole ces dernières années ont porté un sacré coup à la production qui peine à atteindre 6000 barils par jour.

De l’avis de nombreux spécialistes, ces départs vont ressurgir la problématique de la rentabilité financière de l’exploitation pétro-gazière en Mauritanie.

Généralement, le coût des investissements est très élevé pour l’exploitation pétro-gazière (des centaines de milliards). Ajouter à cela, l’Etat veut gagner plus en imposant une lourde fiscalité.

Et du coup, les compagnies pétrolières se retrouvent dans une « asphyxie financière ».

A noter que 4 multinationales pétrolières exploitent le pétrole mauritanien. Il s’agit du British Petrolium, Total (France), PETRONAS et Kosmos Energy (USA).

Ibrahima Junior Dia



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org