Cridem

Lancer l'impression
11-01-2018

22:30

Défense et paix : la France fait de la sécurité sa nouvelle priorité en Afrique

ADIAC - Selon un rapport de la Fondation pour les études et recherches sur le dévelop­pement international (Ferdi), la communauté internatio­nale a consacré au Sahel environ 4 milliards $ en aide en 2014 contre 1,5 milliard en inter­ventions militaires diverses.

Paris aurait tendance à donner la priorité à la sécu­rité par rapport au développement, dans ses interventions au Sahel, estime l’étude. Ainsi, en 2014, la France a octroyé plus de 241 millions $ en aide bilatérale aux cinq pays membres du G5 Sahel, approximativement 190 millions de contribution au système multilatéral et 652,9 millions en interventions militaires.

Ce qui veut dire que 60 % des fonds alloués par la France à la région vont à la "sécurisation", contre 40 % pour le développement. Les pays de la région ont également beaucoup investi dans la lutte contre les groupes armés.

En ce qui concerne les dépenses militaires, en pour­centage du produit intérieur brut (PIB), le Tchad et la Mauritanie se sont classés ces dernières années parmi les plus dépensiers au monde, relève l’étude de Ferdi.

Entre 2010 et 2014, les dépenses militaires du Tchad ont été les quatrièmes plus importantes au monde et celles de la Mauritanie se sont classées en dix-neuvième position (à titre d’exemple, les États-Unis sont 13e et la France 45e).

Globalement, les dépenses mili­taires ont représenté 1,3 % du PIB des pays d’Afrique subsaharienne en 2016 et 6,3 % pour la région Afrique du Nord et Moyen- Orient.

Noël Ndong



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org