Cridem

Lancer l'impression
13-04-2018

17:16

Vidéo. Omzo Minen Teye interpelle le président Aziz et la jeunesse mauritanienne

Kassataya - Omzo Minen Teye vient de faire paraître un nouveau vidéo clip intitulé message d’espoir qui traite de l’actualité de la Mauritanie.

Entre différents projets, il livre en exclusivité à Kassataya son regard incisif et sans concession sur l’actualité du pays. L’artiste rappeur mauritanien Omzo Minen Teye frappe fort dans son nouveau son intitulé M.O.H (Message Of Hope) qui signifie message d’espoir.

Une écriture fluide, basé sur sa langue de prédilection le Pullar emprunt du français et de l’anglais, a servi de support pour ce poignant message doublement adressé au président de la république Mohamed Ould Abdel Aziz et à la jeunesse de Mauritanie.

Actuellement en studio pour finaliser son second album, l’enfant terrible du rap mauritanien résidant à Anvers en Belgique, n’a pas fait, comme à l’accoutumée, dans la dentelle.

Une mise en garde adressée au président

Dans ce nouveau son le ton est d’emblée donné. L’artiste engagé interpelle le président de la république en rappelant au gardien de la constitution de ne pas trahir son serment.

Omzo dénonce l’utilisation de la force par le président qui change la constitution, le drapeau, l’organisation administrative et la valeur monétaire sans aucune concertation. Et à l’artiste de nous confier que c’est quand même grave qu’on prenne des décisions sans l’avis du peuple.

Entre différents messages le refrain de ce morceau est sans équivoque, il répète à qui veut l’entendre que le pays n’est pas une propriété du président de la république, qu’il n’est qu’un simple locataire.

Pour Omzo, la voix du peuple doit être écouté et entendue. Il fustige par ailleurs l’attitude de l’armée qui prend en otage le pays, le rappeur-activiste soutient que la mauritanien ne se développera que le jour où les militaires quitteront le pouvoir.

Tirer les citoyens de leurs sommeils profonds

Si la charge contre le président est sans concession, Omzo ne manquera pas aussi de rappeler à la jeunesse mauritanienne la nécessite de s’engager. Dénonçant l’engagement virtuel de la jeunesse, il appelle ces derniers à sortir de la contestation sur les réseaux sociaux pour occuper le terrain.

Ce révolté du Hip Hop mauritanien se donne comme mission de conscientiser la jeunesse mauritanienne, qui doit sortir de son sommeil profond. Omzo exhorte la jeunesse et la société civile à connaître son devoir et à s’en acquitter. Il considère que la jeunesse et la société civile doivent être des sentinelles de la démocratie face à l’offensive des militaires.

Le message dit-il au-delà d’être celui de l’espoir, c’est au final pour dire que l’avenir de ce pays repose entre les mains de sa jeunesse. Donc c’est à elle de récupérer ce qui lui appartient, sinon personne ne le fera à sa place.

Pour illustrer l’impact de l’engagement de la jeunesse et des artistes dans la société, Omzo fera référence à la convocation par la police sénégalaise du groupe de Rap mauritanien vivant au Sénégal, Ewlad Leblad.
Cette convocation démontre justement comment se porte le rap engagé en Mauritanie. C’est un mouvement qui dérange et si on continue d’y croire c’est un rap qui pourrait changer quelque chose dans ce pays, surtout en ce qui concerne la mobilisation des masses qui doit une force de refus des décisions politiques injustes et du diktat du gouvernement.

Une invitation à l’unité d’action

Le son message d’espoir qui vient de sortir est aussi une invitation à la mutualisation des combats. Selon ses dires, mutualiser les actions et les bonnes intentions ne doit pas être analyser comme une compétition mais plutôt comme une complémentarité.

Un engagement artistique différent

Adama Diallo alias Omzo, ce natif de Nouakchott qui puise ses forces dans la banlieue est un écorché vif qui s’est très tôt révolté contre les injustices et la misère.

Connu pour son engagement, cet originaire de Sarandogou et de Bababé, aime rappeler ce qu’il entend par ce mot utilisé à toutes les sauces. Etre engagé, dit-il, ne se limite pas juste de faire des chansons qui traite des sujets politiques. Par contre je dis engagé celui qui utilise sa notoriété, son image ou sa voix au service de son peuple.

Dans sa réflexion sur la notion d’engagement artistique l’artiste va plus loin en affirmant que l’engagement ce n’est pas juste dénoncer mais c’est aussi de s’organiser enfin de trouver des solutions.

Pour joindre l’acte à la parole, le turbulent du rap mauritanien lance dans l’entreprenariat Actimum en Mauritanie qui regroupe aujourd’hui plus de 64 groupes de jeunes rappeurs inscrits sous le nom d’un mouvement contestataire de rappeurs-activistes avec des démarches typiquement artistiques du nom de ON REFUSE.

Quand à l’engagement social, Omzo est bénévole dans plusieurs associations ou mouvements auxquels il donne de son temps. Mieux dès 2017, ce révolté au cœur tendre prend fait et cause pour les enfants en prêtant sa voix afin de soutenir leurs actions.

Des projets en plein ébullition

Résidant actuellement à Anvers, Omzo est sur plusieurs projets artistiques avec sa structure Actimum devenu en Belgique Actimum@ntwerpen. Très impliqué dans la vie culturelle de sa ville, le natif de Nouakchott dispense des formations dans les métiers des cultures urbaines.

En parallèle, Omzo est dans la préparation de la sortie de son second album. Un EP de 8 titres teintés de différentes influences et expériences acquises avec d’autres artistes européens ou américains.

Un hymne à l’amour de la patrie

Dans le fond, en écoutant avec attention ce titre, on est en réalité face à un cri de cœur mais aussi une déclaration d’amour, appelant au dialogue afin que cessent les maux dont la Mauritanie est victime.

Ainsi, ce morceau, qui peut se traduire comme un appel au patriotisme, finit sur une note d’espoir ! Celle de voir une Mauritanie d’égalité et de justice se dessiner.

Kassataya

Paris, 13/04/2018







Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org