Cridem

Lancer l'impression
07-11-2018

20:45

La Mauritanie, l’épicentre du Maghreb !

Les Mauritanies - Depuis un certain temps, entre fin octobre et début novembre, la Mauritanie fait l’objet de nombreuses convoitises de ses voisins maghrébins sur le plan diplomatique, commercial et politique.

En moins d’un mois, les ténors du Maghreb, le Maroc, l’Algérie et dernièrement la Tunisie, ont défilé dans la capitale mauritanienne, Nouakchott, pour discuter affaires ou diplomatie? L’inauguration de la première succursale de la Banque Maghrébine d’Investissement et de Commerce Extérieur (BMICE) à Nouakchott n’en dit pas moins sur cette ruée vers la Mauritanie.

En tout cas, ces faits marquants n’ont pas laissé indifférent certains esprits avertis, qui s’interrogent sur cette montée en puissance de la diplomatique mauritanienne au Maghreb.

A l’en croire certains analystes politiques, cette situation ne reflète que le contexte mondial de positionnement stratégique auquel les pays sont confrontés.

La Mauritanie qui constitue une zone tampon entre l’Afrique de l’ouest et le Maghreb, fera naturellement l’objet de convoitises notamment des deux géants du Maghreb, le Maroc et l’Algérie, n’ayant qu’un seul objectif conquérir le marché africain.

D’autres avancent la thèse selon laquelle la Mauritanie de par sa position privilégiée est mandatée par les « capitaliste arabes » pour tenter de galvaniser cette Union du Maghreb Arabe (UMA), qui peine toujours à décoller face à l’urgence de régionalisation.

Le roi du Maroc donne un clin d’œil à l’Algérie

Lors de son discours, du 6 novembre, consacré à la célébration de la 43e anniversaire de la marche verte, le Roi Mohammed VI a émis son souhait de voir normaliser la relation maroco-algérienne au profil de l’émergence du Maghreb.

Selon le souverain du Maroc, les deux pays doivent taire lesquelles et œuvrer au développement socioéconomique dans cette région.

Le Roi a même demandé l’ouverture d’une frontière fermée depuis 1994.

Mohamed V I a laissé entendre également qu’il rêve un jour de voir les « deux locomotives maghrébines », conjuguées leurs efforts pour qu’afin cette région, considérée comme la moins intégrée au monde (avec un volume des échanges commerciaux avoisinant 3%) soit sur les rails de l’émergence.

Ibrahima Junior Dia



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org