Cridem

Lancer l'impression
06-07-2019

23:15

Mauritanie : le président Ghazouani saura-t-il se démarquer de Mohamed Ould Abdelaziz ?

Jeune Afrique - Très discret et peu familier des joutes politiques, le nouveau président doit maintenant, s'il veut imprimer sa marque, s'affranchir de la tutelle de son prédécesseur et mentor.

Au creux de sa main se nichent de petites fiches blanches. Des notes que Mohamed Ould Ghazouani n'a cessé de consulter lors de ses discours de campagne. Seul face à ses concitoyens, l'ancien chef d'état-major des armées, qui préfère de loin le calme des casernes au tumulte de la foule, est sans repère. « Il faut lui laisser le temps », tempère un ami.

Cet homme de 62 ans aux fines lunettes ne s'était jamais exprimé publiquement. Lui qui a toujours fui la presse, et dont l'entourage préfère s'exprimer sous le couvert de l'anonymat, sait qu'il sera désormais scruté, sondé, voire contesté. Élu président de la Mauritanie le 22 juin, sa place n'est déjà plus dans l'ombre mais en première ligne.

Priorité à l'éducation

Les Mauritaniens en savent aussi peu sur lui que sur ses intentions. Il leur a promis de faire de l'économie la dette publique représente 92,3 % du PIB et de la justice sociale ses priorités, deux chantiers délaissés, selon certains, par son prédécesseur, Mohamed Ould Abdelaziz, durant son second mandat. Coartisan, avec ce dernier, de la lutte antiterroriste, le général retraité n'a pour le moment eu à gérer que des questions sécuritaires.

« Il n'a que peu d'expérience politique », estime Lo Gourmo, premier vice-président de l'Union des forces de progrès (UFP, opposition). À son actif, de nombreuses fonctions militaires patron du bataillon blindé, des renseignements militaires... et un seul éphémère poste de ministre de la Défense, d'octobre 2018 à mars dernier.

« Il va préserver les acquis d'Aziz, consolider l'État et oeuvrer au recul des inégalités », assure son directeur adjoint de campagne, Sid'Ahmed Ould Raïss. Outre le lancement de l'exploitation du gisement gazier de Grand Tortue, au large de la Mauritanie et du Sénégal, il devra gérer plusieurs dossiers sensibles à plus court terme, liés aux grèves à Nouadhibou des employés de la Société nationale industrielle et minière de Mauritanie (SNIM) ou encore à celles des pêcheurs artisanaux dans la même ville du Nord.

Bien qu'il n'ait pas fait référence à l'esclavage lors de son discours de candidature à la présidentielle, il a assuré à plusieurs reprises qu'il s'efforcerait de renforcer l'unité nationale dans un pays encore profondément divisé. Le vote a pour la première fois été communautaire : les Maures et les Haratines (descendants d'esclaves) ont voté pour Ghazouani, et les Haalpulaar (Peuls et Toucouleurs) pour Biram Dah Abeid et Kane Hamidou Baba.

Si Ghazouani veut inscrire son action, comme il l'affirme, dans la continuité de celle d'Aziz, dont il est très proche, il devra aussi imprimer sa marque. Une fois investi, le 1er août, il sera appelé à trouver un nouvel équilibre. « Il restera ferme sur les questions de sécurité, prévient un proche. Mais il n'acceptera pas de baisser les bras sur l'éducation, très importante pour lui. Aziz et lui sont très différents. » Ce dernier point est le leitmotiv de son entourage: Ghazouani doit exister par lui-même, en dehors du joug de l'ex- président. Après avoir décidé qu'il ne modifierait pas la Constitution pour briguer un troisième mandat, Aziz l'avait choisi parmi plusieurs dauphins potentiels dont le ministre des Finances, Moctar Ould Diaye, le président de l'Assemblée nationale, Cheikh Ould Baya, ou encore l'ex-Premier ministre Yahya Ould Hademine.

« Pas de casseroles »

Réputé affable et très à l'écoute, apprécié au sein des états-majors des pays voisins ainsi qu'en France, Ghazouani jouit d'une estime certaine au sein de l'armée mauritanienne, un atout de poids dans ce régime militaire. Ce fils d'un chef spirituel de la tribu maraboutique des Ideiboussat, des Berbères à qui l'on prête des pouvoirs mystiques, a grandi dans l'Adrar (Est), où il a conservé de solides connexions. Il n'avait en revanche jamais fait montre d'ambitions personnelles. En 2012, lorsque Aziz a été hospitalisé à Paris après avoir été blessé par balle, il aurait pu prendre le pouvoir.

Mais il s'est efforcé de gérer le pays et de « tenir la maison », prémunissant le « patron » contre un éventuel putsch. Celui qui n'exclut pas de revenir en 2024 l'aurait-il poussé contre son gré à lui succéder ? « On ne peut pas présenter sa candidature si cela ne relève pas d'une décision personnelle, rapporte un proche ami de Ghazouani. Mais les plus ambitieux taisent précisément leurs ambitions. »

Après l'annonce de la candidature de son dauphin, Aziz a été omniprésent, profitant du fort intérêt médiatique pour défendre son bilan, dont Ghazouani est également comptable. « La campagne n'a pas été bonne, juge un membre du premier cercle présidentiel. Les équipes étaient désorganisées car partagées entre les soutiens d'Aziz et les siens. Ceux qui n'ont pas été choisis ont laminé ceux qui l'avaient été. » En témoigne la soirée électorale. Une partie de l'entourage aurait souhaité qu'elle se tienne à huis clos et que Ghazouani ne s'autoproclame pas vainqueur du scrutin devant la presse.

Le nouveau président devra également surmonter les clivages qui ont miné la majorité d'Aziz, lequel a par ailleurs concentré les critiques des autres candidats, à savoir le patron de l'UFP, Mohamed Ould Maouloud, celui d'IRA- Sawab, Biram Dah Abeid, l'ex-Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar et Kane Hamidou Baba, à la tête de la coalition Vivre ensemble. C'est l'autre défi de Ghazouani : rétablir le dialogue avec une classe politique divisée. L'opposition traditionnelle n'a jamais cessé d'exiger le départ d'Aziz depuis qu'il a renversé le premier président démocratiquement élu, Sidi Ould Cheikh Abdallahi, en 2008. Elle reconnaît cependant que Ghazouani « ne traîne pas de casseroles ».

Élu avec 52,01 % des voix, l'ancien général sait qu'il prend les rênes d'un pays dont la moitié des électeurs ont voté pour ses adversaires, qui ont par ailleurs contesté les résultats du scrutin devant le Conseil constitutionnel. Des résultats, martèle Sidi Mohamed Ould Boubacar, qui ne « reflètent pas du tout la volonté du peuple mauritanien ». « Un duo de généraux a accaparé le pouvoir à l'issue d'un processus électoral conduit unilatéralement par la majorité », s'est indigné Biram Dah Abeid, arrivé en deuxième position (18,58 %) et devenu le leader symbolique de l'opposition.

« Le mauvais élève dit toujours que c'est le maître qui a mal distribué les points », ironise l'entourage de Ghazouani, qui ajoute qu'il sera « le président de l'ouverture et des compromis utiles. Il écoutera l'opposition responsable, à qui il reconnaîtra le droit de s'opposer ». Vent debout contre ce qu'elle estime être un « coup d'État électoral », celle-ci reste sceptique. « L'un est plus poli que l'autre, certes, mais les deux se complètent... », glisse Kane Hamidou Baba.

Garde rapprochée

Si Mohamed Ould Ghazouani partage son premier cercle avec Mohamed Ould Abdelaziz, il dispose de son propre entourage, qui devrait peser lors du prochain mandat. Son directeur de campagne, Niang Djibril Hamady, tient la corde pour devenir Premier ministre, même s'il est possible que l'actuel titulaire du portefeuille, Mohamed Salem Ould Béchir, soit reconduit.

Patron du port de Nouakchott, « Niang » fut candidat malheureux à Kaédi, aux municipales de septembre 2018. Le directeur de campagne adjoint, Sid'Ahmed Ould Raïss, qui fut notamment gouverneur de la Banque centrale, est pressenti pour devenir ministre de l'Économie et des Finances. Le nouveau président s'appuie aussi sur son conseiller politique, Mohamed Salem Ould Merzoug.

Cet ex-commissaire de l'OMVS (Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal), qui fut plusieurs fois ministre sous Maaouiya Ould Taya (Justice, Hydraulique...), officiait déjà en tant que conseiller à la présidence. Ghazouani est aussi très proche de son directeur de cabinet, Mohamed Ahmed Ould Mohamed Lemine, son cousin par alliance, qui pourrait conserver ses fonctions.

Six premiers mois déterminants

Les intentions de Mohamed Ould Abdelaziz sont la grande inconnue de la passation des pouvoirs. Traditionnellement, les anciens présidents mauritaniens se retirent, comme Sidi Ould Cheikh Abdallahi dans son fief à Lemden, Maaouiya Ould Taya à Doha (Qatar), ou Mohamed Khouna Ould Haidalla dans sa résidence de Nouakchott. Moktar Ould Daddah avait, quant à lui, séjourné en France après sa chute en 1978. Seul Ely Ould Mohamed Vall était devenu un opposant très actif d'Aziz. Lors d'une conférence de presse, le 20 juin, ce dernier a déclaré qu'il ne serait ni Premier ministre ni président du parti au pouvoir, l'Union pour la République (UPR), comme beaucoup le prédisaient. Une chose est sûre, l'ex-président restera très proche du nouveau pouvoir.

« Les six premiers mois vont déterminer la relation de Ghazouani avec son mentor, estime un membre du premier cercle présidentiel. Aziz attendra qu'il soit rodé, puis il ira prendre un peu de repos dans le désert, probablement dans la région de Tiris Zemmour. » Le duo peut-il s'affronter ? Une partie de l'entourage de Ghazouani le souhaite, comme une frange de l'opposition, qu'elle l'ait rejoint ou non. « Je suis persuadé que le couple va bien fonctionner, affirme un proche, ceux qui espèrent le contraire sont trop faibles pour faire quoi que ce soit. »

Tous deux n'ont cessé de montrer, que ce soit durant la campagne ou lors de la soirée électorale passée côte à côte, que leur complicité est très forte. Mais rien ne garantit que Ghazouani ne souhaitera pas un jour s'affranchir de cette tutelle. « Ce sont des sentimentaux qui le disent ! Il est déjà émancipé, assure un ami. Le chef de l'État sera Mohamed Ould Ghazouani, et leur relation perdurera. »

En août, le nouveau chef de l'État s'installera au palais présidentiel, qui dispose d'une résidence, tandis qu'Aziz restera à Nouakchott avec son épouse et leurs enfants. Les proches de Ghazouani lui ont conseillé de prendre « du repos » avant sa prise de fonctions, mais il a réservé sa réponse. Un calme provisoirement retrouvé, loin de l'agitation du monde.

Par Justine Spiegel - envoyée spéciale à Nouakchott



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org