Cridem

Lancer l'impression
11-07-2019

18:30

"Nous favorisons le dialogue parce que nous connaissons les effets de rue", (Biram Dah Abeid)

Tawary - "Après la décision du conseil constitutionnel, nous avons décidé d'éviter la rue pour ne pas plonger le pays dans la spirale de la violence, cause pour laquelle nous avons favorisé la voie du dialogue", c’est par ces mots que le candidat malheureux à la dernière présidentielle, Monsieur Biram Dah Abeid a ouvert sa conférence de presse qu’il a tenue, ce jeudi 11 juillet, dans les locaux de sa campagne.

S’agissant du projet de dialogue avec le pouvoir en place, c’est une décision qui émane des quatre candidats de l’opposition, a-t-il dit. Il a précisé que l’appel au dialogue a été lancé après le rejet des recours déposés par les candidats de l’opposition par le conseil constitutionnel et sa validation des résultats annoncés par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

Par la suite, au terme d’une conférence de presse tenue dans le siège du parti Tawassoul, une déclaration au nom des quatre candidats et les coalitions de partis qui les soutenaient a été rendue publique dans ce cadre.

En présence de la presse nationale et internationale, le député et leader du mouvement abolitionniste, Biram a indiqué qu’il a vite informé ses camardes de la disposition du pouvoir de dialoguer et de tout ce qui a été dit.

Selon ses termes, la nouvelle a été bien accueillie au sein de l’opposition. Et c’est ce sens que nous avons accepté de recevoir l’émissaire du gouvernement.

A propos du projet de dialogue, rien n’est encore accompli du fait que nous avons reçu le ministre porte parole du gouvernement à qui nous avons précisé que les trois autres candidats doivent être impérativement consultés, a souligné Biram.

Biram a apporté un démenti à ce qu'il a appelé de fausses informations véhiculées par certains en disant que les autres parties n’ont pas été contactées pour les concertations. « Je n’ira jamais aux pourparlers avec le pouvoir sans ses camarades de l’opposition y compris les candidats. Pour plus de précisions, je ne vais jamais cavaler seul, ni travailler en solo et non plus jouer le jeu pour des intérêts personnels », a-t-il martelé.

Il a rappelé que quelque soit les démarches, le dialogue doit être inclusif et ouvert à tous les flans de l’opposition parce que nous parlons au nom des mauritaniens où ils se trouvent.

La feuille de route ne sera élaborée tant que la mission du gouvernement n’a pas rencontré les trois autres opposants qui étaient dans la course présidentielle, souligne Biram.

Et d’ailleurs, dans le document, nous évoquerons le passif humanitaire, les questions des droits de l’homme, l’Etat-civil, l’unité nationale, la paix sociale, le partage équitable des richesses, la représentativité dans les instances,…., précise Birame.

J’ai prôné pour le dialogue parce qu’il est temps et c’est dans l’intérêt des mauritaniens que les divergences soient dépassées.

En ses termes, Ould Abeid accuse certains pans du pouvoir et de la majorité de vouloir saboter et nuire à l’unité de l’opposition et cette attitude n’est pas la bonne . Du coup, il a lancé un appel aux opposants de plus de vigilance et d’éveil pour ne pas être emportés par cette manœuvre malsaine.

« Nous avons décidé d’éviter la rue parce que nous connaissons ses conséquences humaines et ses effets pour le pays. Et en tant que citoyen je vois que le pays ne mérite que du bien », a-t-il conclut.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org