Cridem

Lancer l'impression
20-05-2020

06:00

Le temps est à la clémence judiciaire

L'Authentique - La pandémie du covid-19 semble bien arranger les voleurs. En effet, certainement sans doute de crainte de créer des regroupements dans les prisons déjà pleines, le parquet de la République déborde de générosité ces dernières semaines.

Après avoir libéré sous contrôle judiciaire il y a quelques jours, cinq jeunes garçons, auteurs de vols multiples, il vient d’accorder les mêmes égards à un second groupe de chapardeurs. Parmi ces derniers, le fameux Ass et son complice Baba, très connus dans le milieu de jeunes délinquants car qualifiés de vols de téléphones Portables.

La dernière fois que Ass et son ami, étaient poussés leur intrépidité pour commettre son vol, c’était au domicile d’un officier de l’armée où ils se sont appropriés un Iphone 6, flambant neuf !

Sollicités par l’épouse de ce dernier qui les avait payés pour lui dépoussiérer des tapis, ils avaient remarqué la présence de l’appareil sous l’oreiller d’une personne qui semblait être terrassée par le Ramadan et qui dormait à poings fermés dans le patio.

En un temps trois mouvements, l’appareil avait disparu, et les deux voyous disparurent au plus tôt, prétextant une urgence. Immédiatement après leur départ, le maître de logis s’éveilla, et rapidement il remarqua la disparition de son appareil. Les appels envoyés vains, la dame mit à l’index les deux chapardeurs qui fit remarquer qu’elle avait d’ailleurs été intriguée par leur comportement.

Toute la famille se mobilisa pour sillonner le quartier à la recherche des deux jeunes dont le signalement avait été donné. Peine perde : point de Portable et point de voleurs. Le lendemain, l’éclaircie : grâce à la compagnie de téléphonie, les premiers appels qu’avaient passé les voleurs furent relevés.

Ils étaient peu ces appels, car les deux jeunes avaient enlevé la puce et liquidé le portable.

C’est ainsi que la P.J parviendra à arrêter l’un des deux jeunes avant de mettre la main sur l’autre. Formellement identifiés par la femme de l’officier, ils seront déferrés au parquet.

Connus des registres de la police et de la justice, ils risquaient gros pendant leur procès. Voilà que par souci de désengorgement des milieux carcéraux du fait de la pandémie du covid-19, ils ont été libérés.

A.B





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org