Cridem

Lancer l'impression
24-06-2020

17:50

Une jeune Sahraouie enceinte empêchée de rentrer à Dakhla interpelle les autorités…

Adrar-Info - La jeune femme sahraouie Al Wad-ha vit des jours difficiles dans la ville de Nouadhibou, après que le consulat marocain dans la ville, ait refusé de l’intégrer dans la liste des Marocains autorisés à franchir le poste frontière « Guerguerat », retournant dans leur lieu d’origine.

Des sources familiales indiquent que la jeune femme qui détient un passeport marocain est bloquée dans la ville de Nouadhibou, depuis des mois, à cause de la fermeture des frontières (en raison de la protection contre l’épidémie du virus Corona). Et malgré les circonstances difficiles, elle continue de frapper à toutes les portes, à la recherche d’un moyen pouvant l’aider à retourner dans sa famille. Elle est enceinte de son dernier mois.

Elle a cherché à obtenir un certificat de mariage officiel, afin de lui faciliter l’autorisation de retourner dans sa ville de résidence Dakhla, où se trouve sa famille, mais la bureaucratie (lente en termes d’établisserment de documents personnels) n’a pas encouragé la future mère à garder son espoir de retourner au domicile de ses parents. Son mari est également bloqué dans la région du Tiris Zemmour.

Son espoir s’est évaporé ce matin après avoir été informée, par un employé du consulat marocain qu’il était impossible, pour elle, de rentrer à Dakhla avant juillet prochain. Encore, faut-il que d’ici là, la vie redevienne normale (spectre corona) dans cette région frontalière.

Les jours passent et la jeune femme enceinte lutte pour survivre, avant la naissance dans quelques jours, de son enfant, en partageant un appartement loué par sa grand-mère coincée elle aussi avec elle à Nouadhibou.

Une grand-mère qui ne sait, s’il faut aller chercher nourriture et médicaments pour sa fille enceinte ou se démener pour trouver le prix de la location de l’appartement, de l’électricité et de l’eau dans une ville qu’elle ne connaît pas bien, une ville dans laquelle elle est venue dans l’espoir de passer chez son voisin du nord (Dakhla) où la famille, les proches et la patrie !!

Al Wad-ha et sa grand-mère lancent un appel aux autorités marocaines, pour comprendre leur situation humanitaire et faciliter leur retour dans leur ville, afin de préserver leur santé et celle du fœtus.

Elles leur demandent de ne pas les abandonner dans des circonstances aussi difficiles. Il est à noter que la Mauritanie et le Maroc ont décidé depuis quelques jours d’ouvrir les passages frontières, devant leurs citoyens respectifs, qui souhaitant rentrer chez eux.

Babah Ould Abdinen – Agence actualités Nouadhibou





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org