Cridem

Lancer l'impression
28-06-2020

17:00

Ould Abdel Aziz tiendra-t-il tête du grand oral ?

Le Rénovateur Quotidien - C’est le premier président mauritanien dont le nom est véritablement associé à des scandales présumés de détournement des deniers publics, qui dépassent les pronostics.

Les faits, s’ils sont avérés, à la lumière des auditions de la commission d’enquête parlementaire risqueraient de faire de lui le prévaricateur numéro 1 du pays. Chef d’orchestre des jeux de micmac, d’octroi de marchés opaques et d’auto-attributions foncières. Et encore… L’homme au flegme guerrier sera-t-il rattrapé par l’histoire à peine sorti du palais ?

En dix ans, le tour des grosses fortunes est joué et gagné comme dans un jeu de poker.

Rien ne sera épargné pour remplir la caverne d’Ali –Big- boss : Ecoles, aéroport, accords de pêche, des mines d’or, des permis de recherche, distribués à la pelle, le fonds des revenus pétroliers, les installations électriques, la construction d’hôpitaux équipés de dépôts –poubelles venant d’Europe, de vieux bus américains et français ces « Long-jumeaux » recyclés et révisés mécaniquement pour servir de navettes aux étudiants et qui ont coûté une bagatelle astronomique à la discrétion de leur commanditaire.

Que dire des marchés juteux signés sous la table et dont le jackpot est empoché à la source. Le passage de ces fameux convois nocturnes du port autonome des cargaisons douteuses vers des destinations obscures, ne sont qu’une infime partie de la face visible de l’iceberg de cette longue chaine de prédation. Que dire de ces sociétés exonérées de la plus petite facture d’eau et d’électricité et dont les secrets se sont révélés au grand jour.

La liste est loin d’être exhaustive et comparée à ces patrimoines cachés dans des comptes étrangers difficiles à découvrir en quelques mois seulement du départ de l’ex-homme fort du pays. C’est que l’homme attendu à la barre parlementaire, s’était persuadé que tout était permis. Après avoir orchestré deux coups d’Etat en bonne et due forme, remporté deux mandats électoraux à l’arrachée, face à une opposition très puissante qu’il a finie par laminer, rien ne sera épargné par ce faiseur de rois pour tenir en échec toute fronde déstabilisatrice d’un pouvoir obtenu au bout du canon. L’armée sera rééquipée, un cercle privilégié de hauts gradés promu et les troupes désormais « déployables » dans des zones de tension contre des services rendus.

Avant lui ses prédécesseurs qui n’étaient pas tous blancs comme neige plus analogiquement, comme sable du désert (rendu rouge par les crimes de Taya) avaient chacun sa réputation et son style de gouvernance. Mohamed Ould Abdel Aziz lui, aura été non seulement un As de la manipulation politique mais un affairiste cité dans des scandales ayant défrayé la chronique : Ghanagate Senoussi, libération d’otages, présumés malles d’argent de Yahya Diamé , achat de villas à l’étranger. La fameuse fondation Rahma serait-elle la galerie à dissimuler le trésor.

Sur le plan politique des amendements constitutionnels ont touché au changement du drapeau, à l’hymne national au nom d’une prétendue préférence nationale. Le tout par le truchement d’un vote référendaire où encore se profilerait de gros sous. Le long feuilleton avec les sénateurs qui avait ébranlé le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz s’est soldé par la démolition de la chambre haute du parlement.

D’hésitations en hésitations, de suspens en suspens, les tentatives et tentations d’un troisième mandat s’achèvent par le choix d’un dauphin sur la base des présomptions de loyauté amicale. Cette fois l’aventure sera de courte durée. Hier, craint par ses humeurs bellicistes, aujourd’hui lâché par son entourage politique constitué de laudateurs zélés, de lèche-vestes qui l’ont lâché. L’homme sur qui pèsent des soupçons de détournement des biens publics se retrouve bien seul.

Attendu au grand Oral parlementaire, ses dix ans de gestion du pouvoir devant une CEP le tribun va-t-en guerre contre les Roumouz El Veçad accepterait difficilement de se prêter à cette séance humiliante. L’image serait bien digne d’un tableau cocasse…

CTD





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org