18-01-2021 11:54 - Clans au sein du pouvoir, Vivement un arbitrage…

Clans au sein du pouvoir, Vivement un arbitrage…

RMI Biladi - Tous ceux qui, nombreux, ont eu le privilège de décrocher une audience avec le président Ghazouani louent ses compétences, sa connaissance des problèmes réels du pays et sa volonté de les résoudre sans triche ni manœuvres politiciennes.

Pourtant au niveau des nominations et de la gestion au quotidien des affaires de l’Etat, rien, à quelques rares exceptions, n’a changé. On continue de nommer les mêmes personnes qui ont toujours géré les affaires du pays pendant les périodes décriées. Et qui sont loin d’être les meilleurs parmi nous.

Au contraire, dans leur grande majorité, les choix répondent à des critères souvent inavoués et inavouables. Cet état décrié des faits s’expliquerait par une lutte sans merci de deux clans au sein du système : les conservateurs et les modernistes.

Les premiers militent pour le statu quo et veuillent à ne rien changer dans la gestion de l’Etat et, surtout, à favoriser le choix de ceux qui étaient là, qui ont composé avec tous les régimes et qui sont nourris à la sève de la soumission et de la flagornerie.

L’important pour ce clan n’est pas de réparer les injustices, ni d’enregistrer des résultats positifs, ni de satisfaire l’opinion, mais juste de maintenir la sécurité. Ses conservateurs continuent d’avoir la main haute sur le choix du personnel administratif et politique.

Objectivement, leur intérêt consiste à provoquer le maximum de tension et de mécontentement au sein de la société. C’est ce qui doit assurer leur longévité et l’intérêt du président à les garder à côté de lui…

L’autre clan, pas très constitué (c'est-à-dire que ses membres ne coordonnent pas entre eux), n’arrive pas souvent à faire passer ses idées ni ses nominations qui sont généralement empêchées par les autres bien représentés dans le circuit de prise de décision.

Fraichement rentré d’un voyage réussi en Europe, le président de la République va-t-il mettre terme à ce clivage qui plombe l’action gouvernementale ? C’est ce que souhaite une grande partie de l’opinion qui continue de réclamer le changement et qui commence franchement à désespérer à cause de cette option, qui ne s’est jamais démentie, de choisir les mêmes sans se soucier, apparemment, outre mesure de l’attente et du désir de l’opinion.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 3088

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • bleil (H) 18/01/2021 19:55 X

    Bien visé ... mais en réalité ce sont les médiocres (plutôt que conservateurs) et les modernistes ! les médiocres sont à l'œuvre depuis longtemps pour saccager le pays et veulent toujours continuer le statu quo qui est favorable à l'obscurantisme et à tous les thuriféraires PRDS-UPR … L'état a besoin de tourner la page vers le progrès social, la bonne gestion des ressources de l’Etat; mais cela est conditionné par des ressources humaines capables, intègres et dignes de la confiance.

  • Marrakech (F) 18/01/2021 19:30 X

    Que cherche t-il : une révolte sanglante et incontrôlable ?

  • hamaodo (H) 18/01/2021 13:32 X

    oui faut pas chercher loin;il est phagocyte par des lobbies ;racistes; nasséristes;esclavagistes et surtout de types incompétents;qui ne cherchent que l'ARGENT par tous les moyens.

  • maham68 (H) 18/01/2021 13:16 X

    Excellente analyse. Tous les présidents qui ont précédé le président Ghazwani depuis 1978 sont tombés dans le même piège, issus pour la plupart de l’armée ils ont une connaissance limitée des compétences nationales et se fient à des coopteurs qui en profitent pour y caser leurs affidés. Le Président Ghazwani a la qualité d’un homme juste et a besoin d’instruments pour asseoir une république irréprochable. Pour ce faire, la présidence peut créer un site sur lequel tous les mauritaniens peuvent envoyer des CV et ainsi le président aura une base de données fiable qu’il pourra utiliser et compléter selon par des enquêtes de moralité. Il suffit de voir les nominations pour voir la griffe de qui est derrière. On dirait que ce sont de grands électeurs nommés par je ne sais quelle puissance qui font et défont les carrières de brillants cadres en fonction de leurs allégeances à leur endroit. Ces gens créent plus de rejet à l’encontre des dirigeants. Ce qui les intéresse c’est l’avantage qu’ils ont à avoir toute une ethnie, une tribu ou une région à leurs bottes. On ne bâtit pas un pays sur cette base. L’exemple des communautés peul et soninke est très frappant, seuls deux personnes sont consultées et les nominations en leur sein crèvent les yeux. Le Président Ghazwani a montré dans l’armée des critères objectifs d’avancement depuis son élection.

  • nemahaidara (H) 18/01/2021 13:16 X

    Quel est cet article patate ? Bien sûr que chaque régime a deux clans rivaux , vous ne nous apprenez rien sur ce plan. Je croyais lire des noms , des fonctions etc... Article parfaitement inutile