10-06-2021 16:41 - Emmanuel Macron annonce la fin de l'opération Barkhane au Sahel

Emmanuel Macron annonce la fin de l'opération Barkhane au Sahel

France24 - Emmanuel Macron a annoncé jeudi la fin de l'opération Barkhane au Sahel dans le cadre d'une "transformation profonde" de la présence militaire de la France dans la région.

C'est un tournant majeur qui s'annonce dans la lutte contre le jihadisme dans le Sahel. Emmanuel Macron a annoncé jeudi 10 juin, une amorce de réduction de l'opération militaire antijihadiste Barkhane au Sahel, notamment au Mali, frappé par un récent coup d'État, lors d'une conférence de presse à l'Élysée en amont du G7.

Le calendrier et les modalités de la fin de l'opération Barkhane seront dévoilés fin juin, selon le chef de l'État.

"Évidemment la France n'a pas vocation à rester éternellement au Sahel (...). Il est vraisemblable qu'il faille adapter le dispositif Barkhane", avait déclaré un peu plus tôt le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, en déplacement à Abidjan, sans plus de précisions.

L'opération Barkhane et la situation au Sahel étaient au menu d'une réunion du conseil de Défense mercredi, selon plusieurs sources consultées par l'AFP, ayant toutes requis l'anonymat.

Paris déploie quelque 5 100 soldats contre les jihadistes affiliés au groupe État islamique et à Al-Qaïda, un soutien de taille aux armées affaiblies des États du Sahel qui peinent à les combattre seules.

Mi-février, lors d'un sommet à N'Djamena avec les partenaires du G5 Sahel (Tchad, Mali, Burkina Faso, Niger, Mauritanie), le président français avait annoncé que Paris ne comptait pas réduire "dans l'immédiat" les effectifs de Barkhane.

Il avait toutefois esquissé une stratégie de sortie, à la faveur de renforts européens prêts à les rejoindre, alors que la France combat massivement les jihadistes au Sahel depuis début 2013.

Pas de négociations avec les jihadistes

La France a engrangé des succès tangibles contre l'État islamique au Grand Sahara (EIGS) et les organisations affiliées à Al-Qaïda regroupées au sein du GSIM (Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans), sans enrayer toutefois la spirale jihadiste.

À l'approche de l'élection présidentielle de 2022, cet effort militaire de longue haleine suscite aussi des interrogations croissantes en France, alors que 50 soldats ont été tués au combat depuis 2013.

Le chef du GSIM, Iyad Ag Ghaly, responsable de très nombreuses attaques au Burkina, au Mali et au Niger, apparaît désormais comme l'objectif prioritaire de Barkhane.

"Clairement, aujourd'hui, c'est Iyad Ag Ghali qui est la priorité numéro une (...). Pour nous c'est la personne qu'il faut absolument réussir à capturer, voire neutraliser si ce n'est pas possible de le capturer, dans les prochains mois", soulignait le commandant des opérations spéciales, le général Eric Vidaud, le 3 juin sur France 24.

La situation s'est compliquée ces dernières semaines, d'une part avec la mort brutale du président Idriss Déby au Tchad, et surtout le deuxième coup d'État en huit mois au Mali, pays central de l'opération Barkhane.

Les soubresauts politiques au Mali interrogent la présence française, notamment car une partie des dirigeants maliens souhaitent entamer un processus de négociation avec certains groupes jihadistes.

La France a déjà annoncé le gel de ses opérations conjointes avec l'armée malienne pour condamner le coup d'État, et soutient les pressions internationales exercées par la Cédéao et l'Union africaine pour pousser les autorités maliennes à organiser une transition vers un pouvoir civil et des élections en 2022.

L'opération Barkhane dispose de plusieurs bases au Mali, dont certaines pourraient être fermées à moyen terme.

La mission des États ouest-africains dépêchée au Mali après le deuxième coup d'État militaire s'est dite "rassurée" par les engagements pris par le nouveau président, le colonel Assimi Goïta, quant à un retour des civils au pouvoir début 2022.

Répartir l’effort de guerre

L'opération Barkhane dispose de plusieurs bases au Mali dont certaines pourraient être fermées à moyen terme, selon deux sources. À l'horizon 2023, les effectifs français devraient tourner autour de 2 500 personnes, selon l'une de ces sources.

Deux d'entre elles ont aussi évoqué un éventuel sommet des différents pays européens pour discuter de l'avenir de l'engagement militaire au Sahel.

Paris compte sur l'"internationalisation" de l'effort d'accompagnement au combat des forces locales, sous-équipées et sous-entraînées.

La France mise tout particulièrement sur la montée en puissance du groupement de forces spéciales européennes Takuba, qu'elle a initiée et qui rassemble aujourd'hui au Mali 600 hommes, dont une moitié de Français, ainsi que quelques dizaines d'Estoniens et de Tchèques et près de 140 Suédois.

L'Italie a promis jusqu'à 200 soldats, le Danemark une centaine et plusieurs autres pays, dont la Grèce, la Hongrie ou encore la Serbie, ont exprimé leur intérêt.

Mais après le second coup d'État en mai au Mali, la France a pour l'heure gelé cette mission d'accompagnement au combat des forces armées maliennes.

"Notre objectif c'est d'arriver à 2 000 hommes sur Takuba, avec un pilier français autour de 500 hommes, dans la durée, et une coopération avec les armées de la région, avec plusieurs emprises (bases militaires, NDLR) mais à chaque fois en appui, avec des militaires qui seraient là dans la durée aux côtés des militaires sahéliens, ce qui est une logique différente de celle des opex" (opérations extérieures, NDLR), avait expliqué en février le président français Emmanuel Macron.

Avec AFP




Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : France24
Commentaires : 2
Lus : 2483

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • moukhabarat (F) 15/06/2021 17:12 X

    pour gagner les cœurs des sahéliens qui partagent avec la France la langue français il faudrait encourager la démocratie et la bonne gouvernance. Le néo-colonialisme qui consiste à installer des dictateurs corrompus pour mieux contrôler les peuples n'est plus acceptable. la France généreuse (pas celle de Macron) devrait comprendre qu'elle est unie aux africains qui partagent sa culture et sa prospérité et la leur se conditionnent mutuellement. L'Afrique est l'avenir de la France mais pas celle de la françafrique.

  • Terrier (H) 10/06/2021 17:02 X

    Un désengagement total est impensable, impossible même...