Cridem

Lancer l'impression
18-05-2013

08:45

Le MNLA perd son principal soutien à Kidal

Un influent chef tribal du Mali a retiré son soutien à la rébellion touareg laïque du MNLA qui réclame l’autodétermination des populations du Nord de ce pays divisé, a appris vendredi l’AFP.

Le patriarche des Touareg de l’Adrar des Iforas, principal soutien du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), dans la région de Kidal, située à 1.500 km au nord-est de Bamako, a démissionné du mouvement touareg.

Le MNLA avait été à l’origine d’une offensive lancée en janvier 2012 avec des islamistes armés dans le nord du Mali, qui avait abouti à l’occupation totale de cette région par les jihadistes qui avaient ensuite évincé les rebelles touareg.

En début d’année, la rébellion touareg est réapparue à Kidal à la faveur de l’intervention de l’armée française au Mali lancée le 11 janvier, destinée à empêcher une avancée des islamistes vers le Sud et reconquérir le Nord avec l’armée malienne et d’autres armées africaines.

« Je soussigné Intalla Ag Attaher, patriarche et chef des tribus et fractions de l’Adrar des Iforas, atteste avoir démissionné du MNLA, ce jour », a précisé un communiqué dont l’AFP a obtenu une copie.

Le texte ne précise pas les raisons de la démission du chef de tribus des Iforas, mais l’un de ses fils explique qu’il s’apprête à rejoindre le Haut conseil de l’Azawad (HCA), récemment créé, et qui a pour ambition de « fédérer » tous les groupes armés du Nord.

« Mon père va diriger maintenant le HCA. Nous voulons la paix avec le Mali. Nous ne voulons pas d’indépendance. Nous voulons le développement », a déclaré à l’AFP, Mohamed Ag Intalla, fils du patriarche des Touareg de l’Adrar des Iforas.

Intalla Ag Attaher, âgé de plus de 90 ans, est respecté de tous les Touareg de la région de Kidal, où rien ne peut se faire sans son consentement.

Dans un premier temps il était resté à équidistance du MNLA, et des dissidents du groupe islamiste armé Ansar Dine, regroupés au sein du mouvement islamiste de l’Azawad (MIA). Il a ensuite rallié le MNLA, avant de claquer vendredi la porte de ce mouvement.

« Mon père veut regrouper tout le monde. C’est avec le Haut conseil de l’Azawad qu’on va faire la paix », a ajouté Mohamed Ag Intalla, également député de Kidal à l’Assemblée nationale du Mali.

AFP

Source: Le Monde



 


Toute reprise d'article ou extrait d'article devra inclure une référence www.cridem.org