30-03-2012 19:35 - Nord-Mali: des militaires fuient Kidal, prise par des islamistes et rebelles

Nord-Mali: des militaires fuient Kidal, prise par des islamistes et rebelles

Bamako - Des militaires maliens ont quitté vendredi la ville de Kidal, dans le nord-est du Mali, pour se réfugier à Gao, plus au sud, reculant devant les islamistes et rebelles touareg qui se sont emparés de la ville, où ont eu lieu des pillages, a appris l'AFP de sources concordantes.

A Gao, ville située à 350 kilomètres au sud-ouest de Kidal et où se trouve l'état-major régional de l'armée malienne pour le Nord, une source militaire a déclaré à l'AFP que le colonel-major Gamou, accompagné de plusieurs dizaines de ses militaires, a informé qu'il fait mouvement vers Gao en abandonnant ses dernières positions.

J'ai vu plusieurs militaires maliens prendre la direction de Gao en abandonnant leurs positions, a déclaré à l'AFP un témoin, interrogé au téléphone depuis Bamako.

Aladji Gamou (chef militaire touareg loyaliste) et ses hommes ont pris la direction de Gao. Aujourd'hui, ils n'ont pas combattu plus d'une heure, a affirmé un responsable du gouvernorat de Kidal, terré chez lui.

Selon plusieurs témoins, Kidal a été prise par des hommes du groupe islamiste Ansar Dine (Défenseur de l'islam) et du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg), après deux jours d'affrontements auxquels ont également participé des combattants d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Aucun bilan des pertes n'était immédiatement disponible.

Le chef d'Ansar Dine, Iyad Ag Ghaly, natif de Kidal, a fait une entrée triomphale dans la ville. Il est arrivé à la tête d'un cortège de véhicules. Tout le monde s'est dirigé vers sa maison, selon un témoin.

Un fonctionnaire au gouvernorat de Kidal a ajouté que des drapeaux noirs frappé du sceau du prophète, habituel emblème des salafistes et des islamistes radicaux, flottaient sur de nombreux véhicules du groupe de Iyad Ag Ghaly.

Le camp de la Garde nationale (armée) de Kidal a été pillé en partie et incendié, selon un gardien des lieux. J'ai vu des maisons d'officiers pillées par des badauds. Ils ont emporté des postes téléviseurs, et des ustensiles de cuisine, a indiqué un autre témoin.

Selon un animateur d'une radio privée de la région, quelques officiels ont été faits prisonniers, mais ne sont pas du tout brutalisés. Iyad Ag Ghaly aurait demandé de ne pas brutaliser les civils, a affirmé cette même source.

Plusieurs bâtiments publics étaient sécurisés par des hommes d'Ansar Dine.

Selon les recoupements de l'AFP, peu d'hommes du MNLA ont pris part aux combats, les actions étaient dirigées essentiellement par Ansar Dine.

Le nord du Mali subit depuis la mi-janvier une vaste offensive des rebelles touareg et de groupes islamistes, qui ont réussi à prendre plusieurs villes.

Avec les localités d'Aguelhok, Tessalit, Tinzawaten et dernièrement Kidal, les rebelles contrôlent désormais une grande partie du nord-est malien, considéré comme le berceau des Touareg. Les villes de Gao (nord-est) et Tombouctou (nord-ouest), restent sous contrôle de l'armée gouvernementale.

Dans un communiqué sur son site internet, le MNLA a revendiqué le contrôle de Kidal et affirmé qu'il poursuivra l'offensive sur les deux autres capitales régionales de l'Azawad (Gao et Tombouctou) pour déloger l'administration malienne et son armée.



Commentaires : 3
Lus : 1367

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • geronimo (H) 30/03/2012 21:49 X

    Il va falloir que la CEDEAO fasse quelque chose, sinon si le mali est livré sur sa moitié aux rebelles/islamistes, c'est la catastrophe.

    La RIM, hormis l'accord qui consiste de manière préventive frapper les gangsters faux religieux ne peut pas s'immiscer seule dans une guerre interne...

  • mojja1 (H) 30/03/2012 21:13 X

    Plutot; il faut restaurer l'intégrité territoriale du mali avant la démocratie. Ceux qui sèment des dans les pays africains comme les touarègues et aqmi doivent étre détruits avec le concours de tous les pays africins

  • baroude (H) 30/03/2012 19:46 X

    dommage!!! Une vraie déroute de l'armée malienne, qui est occupée à détruire la démocratie dans ce pays au lieu de veiller à son intégrité territoriale.

    Le mali se désagrège. L'Afrique et la CEDEAO doivent agir le plus rapidement possible pour restaurer la démocratie et l'intégrité du territoire malien.