14-02-2016 01:30 - Une affaire de trafic présumé de drogue à la Une en Mauritanie

Une affaire de trafic présumé de drogue à la Une en Mauritanie

PANA - La découverte, le 29 janvier dernier, d’un réseau de trafic présumé de drogue, la saisie de 1,3 tonne de résine de cannabis suivie du placement en détention provisoire de 11 individus parmi lesquels deux fils de l’ancien chef de l’Etat, Mohamed Khouna Ould Haidallah (1980-1984) a été abondamment commentée par la presse parue en Mauritanie, cette semaine.

«Saisie de cocaïne ou de cannabis ? : Une affaire dans laquelle tout n’est pas encore dit», affiche en manchette l’hebdomadaire «La Tribune» du lundi. Ainsi, «à Nouakchott on s’interroge sur la qualité et la quantité de drogue qui a été saisie», poursuit le même organe.

Les questions du journal portent également sur le rôle d’Enrique Garcia, un Colombien détenu à Nouakchott depuis décembre, dans la découverte du nouveau réseau de trafic présumé de drogue.

Ces interrogations reviennent également dans les colonnes du quotidien «Le Rénovateur» du mardi qui titre à sa Une : «Drogue : une affaire inachevée».

Ce journal note en effet «des zones d’ombre à l’issue de la conférence de presse conjointe des ministres de l’Intérieur, de la Justice et du Porte-parole du gouvernement» qui ont communiqué sur la quantité saisie et le mode opératoire ayant permis l’arrestation des présumés trafiquants.

Pour sa part, le quotidien «L’Authentique» du lundi rappelle que «le dossier de la drogue en Mauritanie est un feuilleton sans épilogue. Un amour épineux» et évoque toutes les affaires de trafic et complicité de trafic présumé de drogue découvertes dans le pays depuis 1996.

Dans la rubrique «Calamités», l’hebdomadaire «Le Calame» revient également sur « les histoires de trafic présumé de drogue qui se suivent et se ressemblent en Mauritanie, pays devenu depuis belle lurette une plaque tournante de la criminalité transfrontalière : trafic de drogue, commerce illicite de toutes sortes de marchandises, connexions avec des réseaux terroristes et autre parrainage du banditisme inter-Etats ».



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Mauritanie-Web
Commentaires : 1
Lus : 2166

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • gattaga (H) 14/02/2016 16:05 X

    ça fait bcp pour un pays où on nous rabâche qu'il est sûr; ce qui n'est pas l'avis des touristes qui l'ont déserté. L'histoire leur donne raison.Les frontières sont poreuses et les trafiquants jouissent de bcp de complicités au haut niveau. TTes les histoires de drogues ces dix dernières années sont classées sans suite