28-05-2016 15:51 - Mauritanie : la grève continue dans la grande mine d'or de Tasiast

Mauritanie : la grève continue dans la grande mine d'or de Tasiast

Chine Informations - A la mine d'or de Tasiast, située à près de 300 km au nord de la capitale mauritanienne Nouakchott, les employés poursuivent leur grève déclenchée mardi.

Aucune négociation n'a eu lieu entre les grévistes et les employeurs de cette filière du canadien Kinross, et ce en dépit de leur volonté affirmée d'engager le dialogue.

"Nous demeurons ouverts à la poursuite des négociations avec les délégués", a affirmé Raphaël Sourt, responsable de la communication de Kinross.

Sur le même ton, les délégués des travailleurs déclarent dans un communiqué qu'ils sont "disposés, comme depuis le premier jour, à ne jamais fermer les portes aux négociations".

Selon le secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs de Mauritanie (CGTM) Mohamed Abdallahi Nehah, "c'est encore le statu quo, aucune négociation, pas de contact, un blocage totale marque la situation"

"L'usine de production n'a pas fonctionné depuis le début de la grève par conséquent la production est nulle", ont affirmé les délégués.

Ils ont indiqué que la compagnie, dans la perspective de réduire le coût de production, a visé les avantages acquis par les travailleurs, notamment "les salaires, bonus, le taux de couverture de la police d'assurance santé, le nombre de pèlerins devant être admis à effectuer le Hajj au lieu saint de l'Islam".

Ils ont déclaré avoir constaté, au cours des dernières négociations, "une volonté manifeste de mépriser la main d'oeuvre locale et de la spolier de ses avantages acquis".

La mine de Tasiast emploie plus de 1.500 Mauritaniens, avec une production annuelle de 20.000 onces d'or.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2563

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • BENDIARRA (H) 28/05/2016 19:03 X

    Arrêtez de provoquer des hommes qui ont supporté votre dictature pendant 3 ans. • Les licenciements abusifs de 2013 • Les licenciements abusifs de 2015 • Les licenciements individuels pour des petites fautes commises (sans avertissement) • Le faites d’empêcher des hommes de jouir de leur liberté de faire des marche et même de grever légalement • De bloquer l’accès au restaurant cadre pour les cadres grévistes • De chercher à appeler certains et leurs proposer de l’argent. • De couper la connexion internet du camp pendant le jour et le rétablir pendant la nuit (pour les expatriées). • D’envoyer des messages tous les jours pour leur montrer que vous pouvez supporter la grève pendant 45 jours et que tous les employés verront les couts de restauration amputer de leurs salaires. Jusqu’à 1600 000 pendant 45 jours alors que le salaire de 3 mois n’atteint pas 1600000 pour les cadres C1. • Arrêtez de nous dire que le camp est considéré comme un lieu de travail alors que celui qui reste au camp pendant 15 mn n’est pas pointe. • Nous sommes certes des africains mais fière et sachez que ce que vous avez l’habitude de faire ou de considérer tous les africains comme corrompu et opportunistes. NB : Sachez que cette fois c’est la fin car nous ne supporterons pas que 45 jours mais 6 mois s’il le faut. Car nous sommes tous déterminés et forts.