31-08-2016 14:30 - Communiqué de presse du PAM : 1,3 million d’enfants risquent de ne pas bénéficier de repas scolaires cette année en Afrique de l’Ouest et Centrale

Communiqué de presse du PAM : 1,3 million d’enfants risquent de ne pas bénéficier de repas scolaires cette année en Afrique de l’Ouest et Centrale

PAM - Alors que les cours reprennent cet automne, plus de 1, 3 million d’enfants à travers l’Afrique de l’Ouest et Centrale risquent de ne pas bénéficier des repas scolaires du Programme Alimentaire Mondial étant donné que les contraintes financière s obligent l’agence de l’O.N.U. – qui est le plus grand sponsor de cette initiative - à en réduire la portée.

La diminution des ressources , l'évolution des priorités des donateurs ainsi que la modification des mécanismes de financement dans certains pays , ont contribué d’une part, à créer un déficit de financement s et d’autre part, à mettre en péril les programmes.

À moins qu’un financement ne parvienne d’ici le moins prochain , plus d’un demi million d’élèves à travers le Mali, Niger, Mauritanie et Cameroun pourraient commencer la nouvelle année scolaire sans les repas qu’ils ont l’habitude d’avoir.

D’ici la fin de 2016, il n’y aura plus d’assistance pour 700,000 enfants en plus dans onze autres pays. Au Tchad, où, dans certaines régions, près de 80 pour cent de la population ne reçoit pas une quantité suffisante de nourriture nécessaire pour mener une vie saine , la capacité d’action du programme des repas scolaire s du PAM a été réduite de plus de 9 0 pour cent sur les trois dernières années à cause d u manque de financement s (de plus de 200,000 enfants assisté s en 2013 à 15,000 en 2016).

Au Sénégal, les ressources actuelles permettront de couvrir les repas scolaires de moins de 20 pour cent des enfants ciblés par le programme. En Mauritanie et au Camero un, à cause d u manque de financement s pendant l’année scolaire 2015 - 2016, le PAM a été obligé de stopper son assistance en Janvier et en Mai.

En Guinée, le PAM va réduire de moitié son assistance pour cette année scolaire. “Dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale – dans un contexte marqué , d’une part, par la famine et la malnutrition chronique s et d’autre part par les conflits - les repas scolaires ont toujours été une bouée de secours pour les en fants, très souvent les page 2 seuls repas réguliers et nutritifs qu’ils reçoivent ,” a declaré Abdou Dieng, Directeur Régional du PAM pour l’Afrique de L’Ouest.

Alors que dans certains pays le gouvernement ainsi que les autres agences dirigent ou supportent le programme des repas scolaires , dans la majorité de la région l’agence est la seule ou la principale source de provision des repas scolaires, en ciblant les zones où les niveaux de famine et de malnutrition sont les plus élevés. Les contraintes liées au financement ont obligé le PAM a réduire de plus en plus ses zones de couverture année après année.

Pendant et après les conflits qui ont eu lieu dans des pays tels que le Mali, le Niger, la République Centre Africaine, ou à l a suite d’une crise sanité majeure comme l’épidémie d’Ebola, les repas scolaires ont joué un rôle très important en permettant aux enfants dans le besoin de bénéficier d’un repas nutritif; encourageant ainsi les familles à envoyer leurs enfants à l’école; et de manière plus générale, en aidant les enfants à profiter de leur enfance.

“ Les enfants issus des pays et régions de pays où les besoins sont les plus grands n’ont pas accès à cette assistance vitale. Nous encourageons ceux qui nous soutiennent à ne p as oublier la valeur qu’apportent les repas scolaires – un moyen clé pour réduire la pauvreté, la faim et la malnutrition - et à ne pas permettre qu’un million d’enfants ne s’enfoncent ou retournent dans un état de pauvreté et de famine.

Nous avons urgemment besoin de $ 48 million pour commencer ou continuer nos repas scolaires,” nous révèle Abdou Dieng. Le programme des repas scolaire du PAM est un important filet de sécurité sociale.

Il encourage les élèves du primaire, particulièrement les filles, à s’inscrire, fréquenter et rester à l’école. En 2015, nous avons fournit quotidiennement des repas nutritifs à plus de 2,5 million d’enfants à travers l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale: parmis ces enfants, 1 ,2 million sont des filles.

A travers la région, le PAM a un partenariat avec les petits agriculteurs et achète des aliments produits localement, aidant ainsi non seulement les élèves mais également l’économie locale en favorisant la hausse des revenus liés à l’agriculture.

Pour chaque dollars investis dans les repas scolaires, les études réalisées par le PAM montrent qu’il y a en général un retour d’ordre économique de $3 à $8. Cela est dû au fait qu’améliorer la santé des élèves transforme le reste de leur vie: ceci augmente leur productivité en tant que futurs adultes, et cela se répercute dans la prochaine génération en améliorant la santé de leurs propres enfants.

Réaliser Faim Zero ainsi que l’éducation pour tous sont des éléments clés dans la réussite des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, y compris l’ODD 2 sur l’éradicaiton de la faim d’ici 2030.

Les principaux donateurs du programme de s repas scolaire s du PAM en Afrique de l'Ouest et Centrale pour l'année scolaire 2015 - 2016 sont: le Canada, l'Union Européenne, le Japon , le Luxembourg, l'Arabie Saoudite et les États - Unis.

                                                  # # #

Le PAM est la plus grande agence humanitaire qui lutte contre la faim dans le monde e n distribuant une assistance alimentaire dans les situations d'urgence et en travaillant avec les communautés pour améliorer leur état nutritionnel et renforcer leur résilience. Chaque année, le PAM apporte une assistance à quelque 80 millions de personnes dans près de 80 pays.

30 Août 2016



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : PAM
Commentaires : 0
Lus : 976

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)