21-11-2016 19:00 - « Femmes au millier d’hommes » Par Hanane Mohamed Sidi

« Femmes au millier d’hommes »   Par Hanane Mohamed Sidi

Culturim - Le désengagement de l’ex époux de la responsabilité de prise en charge de ses fils accentue le phénomène des enfants de la rue. L’auteure Hanane Mohamed Sidi intitule son diagnostic social des divorces et de l’implosion des familles par le titre « Femmes au millier d’hommes ».

Ci-après des extraits de sa pertinente analyse qui mérite d’être élevée au rang de politique gouvernementale en matière de lutte contre le phénomène des enfants de la rue et leur précarité face à l’endoctrinement et autres extrémismes et excès.

« Nous entendons souvent des histoires évoquant des familles et des enfants abandonnés par leurs pères, à des moments de dépression morale, sans accorder aucun égard aux obligations religieuses et en l'absence totale de responsabilité.


Nos coutumes et traditions, qui fêtent en grandes pompes le divorce, ont alimenté ce mal social, instaurant, un sentiment de désengagement des ex époux de leurs gosses, après la séparation.

A cela, s’ajoute le fait que les lois n’imposent pas aux pères divorcés de prendre en charge, totalement ou en partie leurs petits et que la charia, très édifiante sur les droits des ex épouses et leur prise en charge n’est pas généralement appliquée.

Cette situation conduit malheureusement à une rupture directe entre les pères et leurs enfants, après chaque divorce.

L’homme se remarie avec une autre femme, faisant de ses enfants de sa première épouse, une partie du passé, qu’il doit oublier.

Dans d’autres cas, la femme est mère d’enfants nés de mariages différents contractés pendant sa vie et abandonnés par leurs parents. Leur prise en charge relève ainsi d’une seule femme sans moyens.

La présence et le rôle du père après la séparation sont inexistants. Le père généreux est incontestablement celui, qui prend en charge certaines charges matérielles de sa progéniture, notamment l’éducation, la formation, la santé…

Malheureusement, ce sont les femmes qui s’occupent des frais et des études des enfants, sans considération de leurs droits au partage de ces frais avec les pères et du droit des enfants d’être soutenus par leurs pères, même après le divorce.

Avec l’accroissement fulgurant du divorce et des statistiques alarmantes enregistrées au cours des dernières années, le taux d'implosion familiale et la déperdition des enfants ont doublé en cinq ans, accentués également par les problèmes économiques.

Tous ces facteurs réunis ont contribué à la résurgence de nouveaux phénomènes dans la société mauritanienne tels que les enfants des rues, conséquence directe de cette désintégration familiale.

Avec le transfert de la responsabilité, les familles jettent les enfants dans la rue, où grandissent des générations au rythme de la criminalité et de la drogue, se transformant en bombes à retardement, prêtes à exploser à tout moment.

Ces égarés finissent ainsi par mépriser la société et le pays, qu’ils rendent responsables de leurs malheurs et dérives, adoptant du coup des attitudes et des conduites hostiles à la Patrie.

Le fait que les pères refusent de se conformer aux préceptes de la Charia islamique, en prenant en charge la divorcée et ses enfants, conjugué au refus des ex épouses de traîner leurs anciens maris devant la justice pour obtenir gain de cause, préférant malheureusement renoncer à leurs pleins droits, sont des facteurs parmi d’autres qui contribuent à l’ancrage et à la banalisation de ce mal social très répandu dans notre pays.

Quoiqu’il en soit, la propagation du phénomène du divorce dans la société nécessite le renforcement des mécanismes de contrôle au détriment des enfants sur la prise en charge des enfants et la protection de leurs droits, afin de limiter le taux de divorce et d’implosion familiale ainsi que d’alléger le grand fardeau qui pèse sur les femmes chefs de ménages.

Hanane Mohamed Sidi
Tr : Md O Md Lemine



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1970

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • a.bennan (H) 22/11/2016 00:28 X

    Tres remarquable et surtout d'une pertinence absolue:alors Mr le mistre de la justice! Qu'avez vs contre la charia dans ce domaine ci au minimum...

  • medmedelmaouloud (H) 22/11/2016 00:26 X

    Rien ne justifie à un père l'abandon de ses enfants. Même en cas de séparation avec leur mère, pour quelque raison que ce soit, un homme qui, croit à la résurrection et au jugement qui la suit et dont l'issue est le Paradis ou l'enfer, ne doit ménager aucun effort pour loger, nourrir, instruire et éduquer les êtres dont il a été à l'origine de leur venue dans ce monde ici-bas. C'est donc clair et net, mais pourquoi arrive-t-on là? Pour répondre à cette question, à vos claviers, chers amis crimédiens. Pour ma part et pour ouvrir le bal, je voudrais remonter aux causes du divorce que l'auteur a retenu comme cause des enfants de la rue et phénomènes similaires. Sans entrer pour le moment dans les détails, je voudrais donner une liste non exhaustive de phénomènes. - Le choix de l’épouse ou de l’époux - La légèreté chez certains hommes qui sont guidés par l’instinct animal qu’aucune éducation n’a supprimé. - Le non respect des règles que notre sainte religion nous oblige à suivre. - L’incompréhension chez certaines de nos femmes de l’émancipation apportée par ce qu’on appelle la mondialisation Ces titres qui, en les développant peuvent remplir des pages, sont, entre autres sans doute, la cause du divorce qui entraine les malheurs cités dans cet article et bien d’autres.