09-12-2016 13:12 - Mauritanie : Aïchetou Mint Ahmedou ou la mécanique des mots

 Mauritanie : Aïchetou Mint Ahmedou ou la mécanique des mots

Jeune Afrique - Professeure de sciences naturelles et directrice des études dans un collège de Nouakchott, comme nombre de ses compatriotes, Aïchetou Mint Ahmedou est une Bédouine devenue urbaine.

Née à Boutilimitt, surnommée « capitale culturelle » de la Mauritanie, elle est partie vivre à Nouakchott dans les années 1970 pour aller à l’école primaire et habiter chez son oncle, un certain Moktar Ould Daddah, alors chef de l’État. À la présidence, on parle français. Et pour cause, la première dame, Marie-Thérèse Ould Daddah – qui prendra le prénom de Marième -, est Française.

Aïchetou y dévore romans, contes et BD. Elle s’amuse à imaginer des histoires, tout en rêvant de faire de la mécanique et d’ouvrir un garage. Elle passe son bac série C (mathématiques) et poursuit ses études scientifiques à Nouakchott. Toutefois, pour s’évader, c’est la poésie qu’elle choisit.

Elle griffonne, « crée des monstres », mais déchire ses premiers textes. « J’avais peur, ou honte, qu’on découvre mes sentiments », dit-elle. Aujourd’hui encore, malgré la maturité, son écriture ne livre que du convenable : « Je n’oublie pas d’où je viens… »

Portrait de la société maure

En poésie comme en prose, son écriture délicate oscille de la description à la critique, de la moquerie à la volonté de sensibiliser, en dépeignant la société maure : le mariage (forcé ou arrangé), le divorce, les enfants de familles recomposées, les relents machistes, le harcèlement sexuel…

Des réflexions que l’on retrouve dans son premier roman, La Couleur du vent, publié fin 2014 : une chronique de la société maure en pleine mutation à travers l’histoire d’une famille de la moyenne aristocratie, au milieu des années 1980.

• La Couleur du vent (Éditions 15/21, Nouakchott, déc. 2014)



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Jeune Afrique
Commentaires : 2
Lus : 1343

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • sndioro (H) 09/12/2016 20:31 X

    Mon prof, mon amie. I think we're lucky to have you, alive library (bibliothèque vivante)

  • hachmi (H) 09/12/2016 13:37 X

    On ne peut se dire que quel gâchis quand on regarde le résultat d'avoir tourné le dos au savoir qui est pourtant parmi les premières recommandations de notre Sainte Religion. A travers Achetou nous voyons le bénéfice qu'on peut tirer d'un milieu ouvert, contrairement à ce que pensent certains donneurs de leçons invétérés !