10-02-2017 08:00 - Galères hospitalières

Galères hospitalières

Le Calame - La ville de Nouakchott compte trois centres hospitaliers nationaux : le CHN qui date de la fin des années soixante, l’hôpital Cheikh Zayed et l’hôpital de l’Amitié.

Ces trois structures devraient, normalement, décongestionner les hôpitaux régionaux qui leur renvoient les malades dont la situation requiert évacuation, une autre histoire, très compliquée, où patients et familles se retrouvent, ordinairement, les dindons d’une farce organisée au vu et au su de tous.

Le carburant de l’ambulance, ainsi que les frais de l’infirmier et du chauffeur, sont pris en charge, tout le monde le sait, par les tuteurs du malade. Et ces frais varient, bien sûr, d’un hôpital régional à l’autre. A titre d’exemple, les parents d’un malade évacué de Néma, d’Aïoun ou de Kiffa doivent déposer, au départ, sur le capot de l’ambulance, respectivement cent mille, quatre-vingt mille et soixante mille de frais de carburant, sinon le chauffeur ne prendra même pas la peine de « tourner sa clé dans la voiture ».

Cette histoire d’indigence est tellement galvaudée que c’est à peine si tu en entends quelqu’un parler. Souvent tristes, les anecdotes, autour de ces prises en charge des ambulances par les citoyens, abondent.

Sans que les autorités nationales ne s’inquiètent de ce que font les Directions Régionales des Affaires Sociales et Sanitaires (les fameuses DRASS) des fonds régionaux qui leur sont, chaque année, affectés ; des recettes que génèrent les médicaments de leurs pharmacies internes ; et des prestations que leur staff médical fait payer, souvent très cher, aux malades et à leurs pauvres familles désemparées.

Ainsi, pour une opération de neurochirurgie HP (hors programme), par exemple, l’administration de l’hôpital militaire réclame deux cent cinquante-sept mille ouguiyas, assorties des coûts des médicaments que requiert la convalescence du malade.

La programmation : Un chemin de croix

Obtenir une intervention chirurgicale, dans une des structures hospitalières nationales, exige de se lever dès potron-minet. Surtout quand les chirurgiens et leurs collaborateurs, anesthésistes et autres, estiment que cette opération n’est pas une urgence.

Il faut alors attendre que ton malade soit programmé. A l’hôpital militaire, les interventions en neurochirurgie (généralement une ou deux) ne se font que de jeudi à jeudi. Il faut donc être patient. Ou particulièrement « entreprenant », pour investir les réseaux, occultes, des services hospitaliers et se faire servir rapidement, moyennant un « petit » quelque chose qui approche, souvent, les frais d’une opération HP ou d’une clinique privée.

Oui, dans les centres hospitaliers, la programmation est vraiment un chemin de croix. Passer des semaines et des semaines à attendre, sans savoir si et quand votre tour viendra chez le chirurgien. Comme me le disait, très remonté, un accompagnateur: « Ce que nous dépensons chaque jour, à attendre ici, en transports, médicaments souvent inutiles, repas, thés et boissons, aurait certainement permis de nous faire soigner dans une clinique où se retrouvent, régulièrement, les chirurgiens qui désertent les hôpitaux publics.

C’est comme partout dans l’administration : Ou tu connais quelqu’un qui puisse intervenir pour toi, ou tu peux et acceptes de corrompre certains responsables du centre hospitalier qui trouveront, alors, le créneau de programmation « adapté » à ton « petit quelque chose ».
Pharmacie ambulante

Habituellement, même après une opération bénigne, le malade doit consacrer quelques jours de sa convalescence, à des traitements de proximité. De l’arrivée au départ de l’hôpital, il est bombardé d’ordonnances. Et, à sa sortie, il reste, généralement, un gros reliquat de médicaments inutilisés.

Dans l’euphorie de la « libération », malade et accompagnateurs offrent cet excédent aux infirmiers, en guise d’on ne sait quelle reconnaissance. Voilà comment ces agents arrivent à subtiliser, en sus de plus suspectes manœuvres, des stocks de leur service, avant de les écouler auprès de leurs collègues de tous grades. De vraies ambulances ambulantes qui vendent, aux malades et à leurs parents, les médicaments prescrits par les médecins.

Les produits sont rassemblés d’ici à là : un flacon sort de cette blouse. Un autre d’une autre, un peu plus loin, d’une autre salle. Puis quelque chose, là-bas. Puis encore quelque chose, avec un autre, en déboursant un peu moins, pour obtenir des produits un peu moins chers que dans les pharmacies environnantes, de partout, les centres hospitaliers. Le petit commerce informel, tieb-tieb partout, obsédant, pour ne pas dire obsessionnel.

Même mode opératoire

Les mêmes pratiques se retrouvent dans tous les hôpitaux. Les malades et leurs parents y subissent toutes sortes de tracasseries. Dans ces structures, aucun recours n’est possible, puisque, de toutes façons, ni la direction ni les employés ne se sentent responsables, ni de près ni de loin, de la souffrance de quiconque.

A Nouakchott comme à l’intérieur du pays. Majoration excessive du prix des ambulances, vente illégale des produits et médicaments, détournement organisé des ressources matérielles et financières des structures, silence radio des organes de contrôle chargés de veiller, d’une part, au bon fonctionnement et, d’autre part, au bon usage des patrimoines.

Théoriquement, tous les hôpitaux sont pourvus du personnel nécessaire, quasiment complet, notamment en spécialistes (chirurgien, dentiste, ophtalmologue, gynécologue, anesthésiste, radiologue, etc.) et du staff paramédical indispensable (infirmiers diplômés d’Etat, de sages-femmes, infirmiers médico-sociaux, plantons, garçons de salle et autres agents de sécurité).

Mais, dans les faits, beaucoup de ces centres manquent de l’essentiel. Les équipements, chèrement acquis par l’argent public, sont détournés au profit de particuliers et des spécialistes concentrés, pour la plupart, à Nouakchott et à Nouadhibou, à côté des cliniques privées où leurs prestations leurs rapportent de substantielles rentrées supplémentaires.

Satisfecit officiel

Malgré cette grave situation, les autorités nationales se déclarent satisfaites des « avancées remarquables qu’a connues le secteur de la santé ». Chaque fois que l’occasion se présente, le ministre de la santé du moment rappelle la « grande révolution » de son domaine, en termes d’infrastructures (constructions de nouveaux hôpitaux et centres spécialisés) et d’équipements (achat de matériels de pointe), allant même jusqu’à affirmer que les prestations sanitaires, en Mauritanie, ne sont plus comparables à celles des pays de la sous-région.

Mais les Mauritaniens qui en ont les moyens continuent à remplir les travées des hôpitaux et cliniques des pays avoisinants, comme le Sénégal, le Maroc ou la Tunisie. Ceux qui n’ont pas ce choix se résignent à suivre le chemin de croix des centres hospitaliers nationaux, en espérant que les rêves et élucubrations des officiels, complètement déconnectés du réel, deviennent, un jour, des réalités soulageant, vraiment, les souffrances physiques (des malades) et psychologiques (des parents).

El Kory Sneïba



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 4
Lus : 1380

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (4)

  • doudou19 (H) 10/02/2017 21:52 X

    Rien qu'avant hier soir, j'ai conduit, à l'hôpital Cheikh Zayed, une personne qui a piétiné un verre de thé. Le sang de la patiente coulait à flot. Le personnel des urgences a été exemplaire. Ils m'ont prescrit une ordonnance que la pharmacie de l'hôpital n'a pas pu me livrer à savoir: - compresse 40 x 40 - Superadra - fil 2/0 La situation est la même partout.

  • kalidou gueye (H) 10/02/2017 18:47 X

    C est pourquoi à la place de la grande mosquée de nktt qui sera construite à l ancien aéroport, j aurai préféré que ça soit un grand hôpital moderne pour mettre la santé dans les priorités. Ou toutes les structures y seront.

  • Opinionpublic (H) 10/02/2017 10:23 X

    Mon cher Sneïba, ce n’est pas le seul secteur ou les citoyens sont malades et le laisser aller est partout de règles maintenant, le gouvernement ne règles plus les problèmes mais gère une situation délétère, Aziz est fatigué de gérer des moutons de panurge qui ne font rien qu’attendre des ordres de leur supérieur, qui attendent eux aussi des ordres de leur supérieur, qui à leurs tours oublient même qu’ils ont des bergers qui attendent des ordres pour aller en pâturage. Tous les secteurs sont pareils, un vrai laisser aller, un sabotage en fin de mandat, les hommes cherchent un autre président pour 2019, l’actuel n’est plus d’actualité il faut saboter le reste de ses deux années de gouvernement.

  • thialido (H) 10/02/2017 09:27 X

    Tu dois certainement être un griot. Tu n'à aucun sens de responsabilité. Et en plus tout ce que tu dis est mensonge.Cherche à nous convaincre dans un autre sujet que tu maîtrise parfaitement.