21-02-2017 01:30 - Nouakchott : Conférence sur la déperdition scolaire animée par l’IDEN d’El Mina

Nouakchott : Conférence sur la déperdition scolaire animée par l’IDEN d’El Mina

Tawary - «La déperdition scolaire en Mauritanie » tel est le thème d’une conférence qui a été animée par M. Diallo Mouhamedou, l’inspecteur départemental de l’Education nationale à El Mina, samedi 18 février, à l’Espace Diadié de Nouakchott.

Au cours de son exposé, le conférencier, a d’abord défini littéralement le terme déperdition qui est : dépérissement, diminution ou hémorragie. Ensuite il a explicité les principales causes de la déperdition scolaire en Mauritanie en quatre groupes, à savoir :

- les causes relevant de l’élève comme l’insuffisance des résultats, l’inadaptation à la vie scolaire.
-les causes qui découlent de l’environnement de l’école par exemple : les classes pléthoriques, salles non éclairées et mal aérées et des latrines mal entretenues.

-Les causes qui dépendent du milieu de l’enfant et il a évoqué la pauvreté des parents et l’image que certains donnent à l’école.

-Les causes liées au personnel enseignant, le conférencier a parlé du manque de qualification de certains enseignants, du châtiment corporel, de l’absence de suivi individualisé des élèves en difficulté.

Puis, Mr Diallo, s’est étalé sur quelques unes des grandes conséquences de la déperdition scolaire. Il a affirmé que l’enfant qui a quitté l’école retombe dans l’analphabétisme et il deviendra un sujet facile à la délinquance juvénile et par la suite il est une proie facile aux réseaux de la criminalité et de la drogue.

Enfin, pour remédier à la déperdition scolaire, l’IDEN a avancé certaines solutions dont la réadaptation du système éducatif aux réalités de la vie socioculturelles des élèves dans leur diversité, amener l’enfant à aimer l’école, assurer une bonne formation aux enseignants et les assurant une bonne formation continue. Il a aussi, signalé la nécessité de rapprocher l’école des populations, de garantir une sécurité aux élèves et aux enseignants et de redynamiser les APE.

Il faut rappeler que cet Inspecteur qui n'est autre qu'un grand technicien de l'Education avait avancé dans son introduction des chiffres et des taux sur la déperdition scolaire dans certaines wilayas du pays et au niveau de certains pays d’Afrique.

Par la suite, la conférence a été sanctionnée par des interventions de la part des présents dont des élèves, des enseignants, des inspecteurs de l’enseignement fondamental qui avaient fait le déplacement pour assister massivement à ce programme qui entre dans le cadre du lancement des activités de l’Ong, Action pour le développement social (ADS).

A.Sidi



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1535

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • pyranha (H) 21/02/2017 09:39 X

    J’aurai aimé que cet IDEN l’un des rares à être au dessus de la mêlée, exerça cette fonction au RWANDA, l'un des pays si non le seul en Afrique qui se soucie du secteur de l'éducation nationale de ses concitoyens (et le résultat est là rien d’étonnant) Même le Sénégal qui en était le porte flambeau dans la sous région tend à trainer les pieds par des grèves interminables de ses enseignants. Seulement si ces pauvres dirigeants africains actuels pouvaient comprendre l’intérêt lié à encourager ces départements ministériels, ils auraient cessé de croire que l’éducation comme la santé sont loin d’être des secteurs inutiles …Mais des dirigeants qui dont la plupart n’ont accédé au pouvoir que par la kalachnikov y a rien à attendre pour développer ces secteurs publics hélas !

  • cccom (H) 21/02/2017 08:21 X

    Théme de débat pertinent, mais notre inspecteur Diallo n’en n’a pas dit l’amére réalité : La déperdition est du au systéme éducatif de , l’inspection générale qui n’exige du Professeur qu’une présence en classe annuelle de 700 heures, ce qui donne sur un rapport de 8 h de cours par jour, normalement demandé à tout salarié une présence en classe de 87,5 jours par an équivalent à moins de 3 mois sur 12 de cours. Notre inspection institue un Ministére de l’Education Mais un Ministére des Vacances de l’Education au profit des Professeurs et enseignants Le Ministére de l’Education ne veut rien entendre du systéme novateur Oughoul El ouahatt de Maden El ervane qui propose un de 90% des coûts habituel de l’Etat et des parents d’éléves. enseignement de 11 mois sur 12 à raison de 8 h de cours par jour . Sn systéme qui garantit uun enseignement intensif , gratuit un taux d’admission au Bac de 70% en 3 ans au lieu de 10% en 7 ans avec une économie Un systéme que l’Association des jeunes Docteurs de Maaden El ervane (AJDOM) qui est le fruit concret et preuve de viabilité de ce systéme vient d'en Proposer un projet pilote au prix d'un pain à l’Etat par le biais du Ministére de la Jeunesse et de la Primature. Vont ils donner de l'intéérêt à ce projet? In chaallah. c'est la seule solution à la déperdition et à l'arrêt du financement de l'école dans la marre. Je demande à CRIDEM de publier ce commentaire à titre d'article pour un engager un débat national sur le théme de la déperdition scolaire. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr