09-03-2017 00:00 - Un prêt de 2 milliards d’Ouguiya destiné au financement des PME et à l’Emploi des jeunes

Un prêt de 2 milliards d’Ouguiya destiné au financement des PME et à l’Emploi des jeunes

Les Mauritanies - L’Assemblée nationale a adopté, lundi 6 mars, le projet de loi, relatif à l’accord de prêt, signé le 04 novembre 2016 entre le Gouvernement de la République Islamique de Mauritanie et le Fonds Africain de Développement (FAD), destiné au financement du Projet d’Appui à la Promotion de Micro-Petites et Moyennes Entreprises et à l’Emploi des Jeunes (PAMPEJ).

Le ministre de l’économie et des finances, M. Moctar Ould Diay a indiqué dans sa présentation du projet de loi devant les députés que le financement et le renforcement des capacités des institutions de micro-finance des capacités revêt une grande importance, en raison du rôle qu’ils jouent dans le développement d’une culture de l’épargne et de financement des micro, petites et moyennes entreprises et des activités génératrices de revenus au profit des citoyens n’ayant pas d’accès aux services bancaires.

“La conception du PAMPEJ s’inscrit dans ce cadre et contribue également à la mise en œuvre des stratégies nationales pour le développement du financement des petites et moyennes entreprises”, a-t-il dit.

“L’objectif principal du projet, qui sera exécuté sur quatre ans, est de contribuer à la réduction de la pauvreté dans le pays, à travers la promotion des petites et moyennes marchés et des initiatives féminines et des jeunes ainsi que la création d’emplois”, a-t-il ajouté.

“Le prêt consenti par le FAD s’élève à 2.624.000 unités de compte, soit l’équivalent de 2.290.000.000 ouguiyas, remboursés sur une période de 40 ans, y compris un délai de grâce de cinq ans et un taux de traitement de 0,75% du prêt initial restitué et non restitué”, a-t-il poursuivi.

Ils ont demandé, enfin, la mise en place d’un mécanisme rationnel et transparent d’attribution des crédits de ce projets et de la circonscrire aux couches sociales vulnérables, afin de les insérer dans la roue économique nationale, insistant sur la nécessité que ces crédits soient exonérés d’intérêts et que son remboursement soit échelonné sur de longues périodes.

Mariata DIENG



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 708

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • mystere1 (F) 09/03/2017 12:00 X

    C’est bien, une très bonne initiative de projet pour les jeunes mauritaniens(nes), car le chômage a fatigué une partie de jeunes gens, et le plus triste qu’ils sont diplômés, alors que d’autres illétrés, sont là nombreux dans les administrations comme des champignons, à remplir les bureaux, et encaissant de l’argent non gagné à leur sueur, c’est du « hakké », du moment que les intellectuel(les) chômeurs, se tracassent en peinant chaque jour à aller chercher du travail, on l’espère que ce grand projet, sera exécuté afin d’aider ces jeunes gens à travailler, et gagner leur vie.

  • Moussé (H) 09/03/2017 10:01 X

    Malheur à ceux qui prennent l'argent l'argent sur le dos des citoyens pour s'en servir a leur propre compte