16-03-2017 09:12 - Crise financière de l’ENER : réunion d'urgence pour sauver les meubles

Crise financière de l’ENER : réunion d'urgence pour sauver les meubles

Alakhbar – L’impasse financière délicate vécue par l’ENER a contraint les autorités publiques et leurs partenaires concernés à convoquer une réunion d’urgence, de 5 heures d’affilée, pour se concerter sur les moyens de tirer l’entreprise de cette crise aiguë.

Hormis cette impasse, le problème le plus crucial de la société porte fondamentalement sur les créances de l’ENER contractées auprès de la banque Iskan et son incapacité de payer les salaires de ses employés.

Toutefois, il faut souligner qu’en dépit de ces difficultés financières, l’ENER réclame à l’Etat une dette estimée à 18 milliards ouguiyas. Mais, des parties influentes au sein de la pyramide Etat bloquent le règlement de ces dettes et tentent même de brader la société en la vendant à la SNIM ou en la fusionnant à l’ATTM.

Des sources qui ont assisté à la réunion parlent du retrait de la mission de réalisation des routes de l’ENER, dont le rôle se limiterait désormais au seul entretien des voiries et évoquent son limogeage, survenu dernièrement, d’un millier d’employés.

Traduit de l’Arabe par Cridem



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 1546

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • Babakar1940 (H) 16/03/2017 11:27 X

    La situation est de jour en jour plus critique. Le Président Mohamed Ould Abdelaziz et son groupe doivent craindre le Peuple; Savez vous que le peuple est comme la Mer, calme avec de petites vagues. Le Jour ou la Mer decide de rentrer dans les terres, elle n averti pas, elle ravage tout (TSUNAMI). Le Peuple est pareil et il est imprévisible. Personne ne peut prédire l élément qui déclenche le TSUNAMI du Peuple Mais nous avons les moyens et le devoir de faire en sorte que cela n arrive pas. Monsieur le Président, redresser le nez du pays, l avion fonce dangereusement vers le sol. Oubien le TZABOUT est bien réél.

  • Kemet-Seth88 (H) 16/03/2017 09:59 X

    la mauvaise gestion et l’incompétence liées aux clientélismes, aux tribalismes ainsi que l'exclusion d'une frange de la population nettement plus qualifiée en sont les raisons de cette situation désastreuse dans presque toute les entreprises et secteurs du pays