19-03-2017 12:33 - Appels sur les antennes de radio Mauritanie pour manifester contre les sénateurs

Appels sur les antennes de radio Mauritanie pour manifester contre les sénateurs

Saharamédias - Des citoyens mauritaniens ont demandé samedi, dans un reportage diffusé par radio Mauritanie, l’organisation d’une manifestation contre les sénateurs qui ont voté vendredi contre les amendements constitutionnels proposés par le gouvernement.

L’un des intervenants, dans le reportage diffusé dans la principale édition du soir, a qualifié les sénateurs de « traitres » et a appelé les jeunes à descendre dans la rue.

Dans les témoignages recueillis depuis l’intérieur du pays des notables, selon la radio, ont rappelé que les amendements ont été votés par l’assemblée nationale « qui est plus importante que le sénat » qualifiant les sénateurs de « traitres après avoir reniés les promesses faites au président Mohamed O. Abdel Aziz».

Radio Mauritanie est un organe de presse officiel, comme le sont la télévision « Al Mouritania » et l’agence mauritanienne d’information.



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 12
Lus : 2535

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (12)

  • Korimagna (H) 19/03/2017 18:02 X

    Les sénateurs se sont rattrapé et n'ont pas fait comme les députés. Aziz commence à voir les limites de son arrogance vis à vis de la constitution et sur tout vis à vis des mauritaniens. Ce qui est aberant ici c'est de voir des citoyens corrompus instrumentaliser l'oppinion à travers la radio publique. Ils ne mourront pas avant de payer le prix de ce forfait.

  • leguignolm (H) 19/03/2017 17:52 X

    Quand Dykrim faisait appelle qu'on ne soit pas emporter par les provocation et aux intimidation. Le pouvoir cherche par touts les moyens pour semer un chaos et que Aziz puise s’y-cramponner à la présidence!

  • zelimkhan2 (H) 19/03/2017 16:06 X

    Les sénateurs ont bien joué en refusant de voter les amendements constitutionnels. Voyons maintenant si Aziz leur demandera de rendre les terrains et autres avantages qu'il leur avait octroyé.

  • lagoonga (H) 19/03/2017 15:19 X

    Le monde entier sait que la Radio appartient à Aziz!

  • lagoonga (H) 19/03/2017 15:17 X

    Maintenant c'est la propagande! pourtant ce même régime a opprimé les manifestant contre l’amendement, quelle est la position de de la démocratie?Aucun mauritanien ne veut de cet amendement sauf Aziz et son porte parole touts les autres ont peur et obéissent.Moi je dis non.

  • sambath (H) 19/03/2017 13:53 X

    Je pense que nous devrions cesser de raisonner comme des Nord-Coréens, qu'on soit sénateur ou simple citoyen, on doit être libre de voter son choix et donner son opinion, selon sa conviction ou selon sa compréhension. Refusons de semer la polémique, plutôt cherchons à construire la bonne cohésion entre les populations et entre elles et nos gouvernants et vulgarisons les bonnes pratiques et les bons comportements qui mèneront notre société à un statut plus élevé.

  • kalidou gueye (H) 19/03/2017 13:18 X

    Félicitations à nos sénateurs.

  • foutatoro (H) 19/03/2017 13:18 X

    Pas étonnant de la part de la Radio des mille....dunes de sable !!!

  • sallabarry (H) 19/03/2017 13:08 X

    Le sénat n'existe pas c'est un organe frauduleux qui était maintenu par Aziz pour faire passer ses desseins et il l a toujours fait quant il s’agit de l’intérêt du peuple par contre ds le cas actuel c'est l’intérêt des sénateurs qui est en jeu ils ne voteront jamais oui quitte à mourir donc le sénat n a rien fait d'important si ces laudateurs ont défendu leur gain et je m’étonne qu'un grand politicien comme Daddah tape sur son tamtam pour faire leurs éloges cette une bande de mafieux au service du régime c'est la première fois ds leur histoire qu'ils disent non au régime car leurs intérêts sont en jeu en tous cas non pour le drapeau oui pour l'hymne oui pour la dissolution du sénat vide oui pour les conseil régionaux

  • abma (H) 19/03/2017 13:02 X

    Un pouvoir en déclin qui cherche à créer le désordre dans le pays, après moi c'est le chaos. Sinon comment expliquer qu'un pouvoir cherche à manipuler l'opinion contre une institution de la république. Quelle pourriture!

  • serranus (H) 19/03/2017 12:58 X

    Entaché de mensonge et de no sens, ce posting ne mérite même pas d'être commenté.

  • El Houssein (H) 19/03/2017 12:50 X

    Attention à ce genre de débordement. Ce n'est pas nécessaire. Laisser les choses se dérouler démocratiquement et sans provocation. Quand les populations descendent dans la rue, on n'est plus de ce qui peut arriver et de ce qui peut s'infiltrer pour en profiter.