19-03-2017 14:30 - Burkina Faso: face aux attaques terroristes, les enseignants désertent le nord

Burkina Faso: face aux attaques terroristes, les enseignants désertent le nord

RFI - A l'occasion de la fin de manœuvres et exercices militaires dénommés « Flintlock », qui a permis des centaines de militaires burkinabè de bénéficier d'une formation dans lutte contre le terrorisme,

le chef d'état-major général des armées, le général Oumarou Sadou, avait déclaré qu'il ne suffisait pas de déployer tous les soldats burkinabè au nord, face à la menace terroriste, et qu'il fallait penser aux autres régions du pays.

Alors que le ministre de l'Education avait annoncé des mesures prises par le gouvernement pour sécuriser les travailleurs et les populations du nord du pays. Les enseignants continuent à abandonner leurs postes pour rejoindre la capitale Ouagadougou.

Face aux nombreuses attaques dans le nord du Burkina Faso, le chef d'état-major général des armées a souligné jeudi dernier que « quelque chose sera faite mais pas dans l'immédiatement », alors que les enseignants et certains fonctionnaires continuent à déserter leurs postes dans cette région du pays.

Ces propos du chef d'état-major général des armées sont diversement commentés par les Burkinabè. « Les propos du chef d'état-major général des armées ne rassurent pas du tout », s'inquiète un administrateur civil.

« Même si ce qu'il dit est vrai, le moment est mal choisi » poursuit un journaliste. Selon certains habitants, les enseignants ont fermé de nombreuses écoles et plusieurs envisagent un retour à la capitale. « Nous n'allons pas rester là pour être éliminés comme des lapins » se défend un instituteur.

Vendredi dernier, c'est-à-dire, 24h après la sortie du général Oumarou Sadou, le ministre de la Sécurité rassure les populations que des actions sont en cours pour rendre efficace les forces de sécurité burkinabè. Deux cents motos viennent d'être remises à la police et la gendarmerie nationales.

« Nous n'allons pas céder une parcelle de notre territoire aux forces du mal » a déclaré Simon Compaoré face aux policiers. Selon lui, ces motos permettront aux forces de sécurité d'accéder aux zones inaccessibles par les véhicules à 4 roues, pour mieux sécuriser les populations.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : RFI
Commentaires : 0
Lus : 671

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (0)