29-03-2017 16:10 - Forum des OSC-SUN Mauritanie : résultats de l’enquête nutritionnelle nationale SMART réalisée du 31 octobre au 22 novembre 2016

Forum des OSC-SUN Mauritanie : résultats de l’enquête nutritionnelle nationale SMART réalisée du 31 octobre au 22 novembre 2016

Essirage - Les résultats de cette enquête publiés en mars 2017 montrent qu’il n’y a eu aucune amélioration sur le plan nutritionnel chez les enfants en Mauritanie (6-59 mois) par rapport aux années 2014 et 2015.

Ces résultats sont alarmants et révèlent une situation nutritionnelle très préoccupante avec une prévalence de la malnutrition aiguë globale dépassant pour quelques régions le seuil d’alerte.

Pour illustration :

I. Malnutrition aiguë de 6 à 59 mois

Plusieurs départements en Mauritanie dépassent largement le seuil d’urgence de l’OMS (10,0%). Certains vont même jusqu’à plus de 17% par exemple au Guidimakha, au Gorgol et au Brakna.

II. Malnutrition chronique des enfants de 6 à 59 mois

Sur ce plan encore, il convient de noter que plusieurs départements ont des prévalences supérieures à 20% et le camp de Mberra 33%.

III. Insuffisance pondérale des enfants de 0 à 59 mois

Les prévalences de l’insuffisance pondérale globale les plus élevées ont été obtenues dans le Guidimakha (20,4%) et dans le camp de M’Berra (20,8%). Considéré comme un indicateur de développement nutritionnel, ce taux mérite une attention particulière.

Malgré ce contexte préoccupant, la Mauritanie ne bénéficie pas d’un plan de réponse urgence en 2017. La situation humanitaire risque d’être catastrophique, car la Mauritanie disposait depuis 2012 des plans de réponse qui avaient mobilisé d’importants fonds qui n’ont pas pu inverser la tendance nutritionnelle. La Mauritanie n’est plus une priorité pour les partenaires, alors qu’elle compte plusieurs zones spécifiques qui nécessitent une attention particulière dont Mberra, un camp de réfugiés (environ 50 000) entièrement dépendant de l’aide humanitaire d’urgence.

Au vu de ce qui précède, le Forum des Organisations de la Société Civile SUN-Mauritanie demande :

1) Au gouvernement, en perspective de la soudure qui risque d’être plus accentuée au vu des résultats annoncées plus haut, d’anticiper une coordination préventive dans régions les plus touchées et en particulier le Hodh El Charghi où se situe le camp de Mberra.

2) A l’équipe humanitaire pays, d’évaluer rapidement les besoins d’urgence dans ces zones et de prendre en compte l’avis des populations et celui des acteurs locaux en les impliquant de manière effective.

3) aux partenaires, malgré l’inexistence d’un plan d’urgence pays pour la Mauritanie et au vu de la situation d’alerte telle que décrite par le dernier Rapport SMART, de maintenir leurs engagements vis-à-vis des enfants du pays.

4) La mise en place ou le renforcement du système d’alerte et de surveillance nutritionnelle pour les enfants de moins de 5 ans dans ces régions

5) Le renforcement des centres de prise en charge de la malnutrition dans les régions les plus touchées (Crenam, Crenas et Creni).

Nouakchott, le 16 mars 2017



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 541

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • Korimagna (H) 29/03/2017 17:55 X

    C’est un résultat étonnant ! ACF, GRDR, GRET et d’autres ONG interviennent dans le Guidimakha depuis plusieurs décennies et ont mobilisé beaucoup de financement. Il y’a bien lieu de s’interroger sur l’efficacité des actions de ces ONG. S’il y’a aucune amélioration d’après les résultats de cette étude, ça veut dire les financements mobilisés n’ont pas été véritablement investis dans la lutte contre la mal nutrition. L’Etat doit enquêter les sur les vraies missions de ces ONG. Car sans nul doute les financements obtenus pour la lutte contre la pauvreté et la mal nutrition sont directement rapatriés a travers des postes budgétivores et fictifs qu’occupent les expatriés.