29-04-2017 20:03 - Tanzanie : guerre ouverte contre les faux diplômes

Tanzanie : guerre ouverte contre les faux diplômes

Saharamédias - Le chef de l’état tanzanien a ordonné hier vendredi le licenciement de 9900 fonctionnaires civils après qu’une enquête effectuée dans le pays ait révélé l’existence de milliers de fonctionnaires détenant de faux diplômes.

A son élection en 2015 à la tête de l’état, John Magaffouli avait limogé d’importantes personnalités du pouvoir, dont le président de l’organisme de lutte contre la corruption, le responsable des impôts, de hauts responsables de la société des chemins de fer et le président de l’office des ports, dans le cadre d‘une campagne de lutte contre la corruption.

Le secteur des affaires dans le pays s’était plaint de la corruption et la faiblesse des compétences dans les administrations, ce qui a affecté grandement les investissements.

La présente campagne a concerné essentiellement les détenteurs de diplômes scientifiques alors que la précédente campagne a permis de recenser 19.700 fonctionnaires qui n’exercent aucun emploi pour l’état et qui émargent dans différentes administrations publiques.

Le président tanzanien a ajouté que la précédente campagne a permis à l’état d’économiser 238 milliards de shillings soit 107 millions de dollars naguère payés à des fonctionnaires fictifs.

Le président a demandé l’établissement des listes et leur publication de toutes les personnes impliquées dans ce vaste scandale de faux diplômes.

« Ces personnes, a dit en substance le chef de l’état tanzanien, ont occupé des postes administratifs dans notre pays, sans qualification.

Ils nous ont volés comme des criminels a-t-il conclu. »





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 1
Lus : 2357

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • foutatoro (H) 29/04/2017 20:56 X

    Une telle politique est la bienvenue dans notre «erreur coloniale» ou «bêtise française». Mais appliquée, ce sont les 2/3 de notre fonction publique qui seront virés. Les faux diplômes sont devenus un cancer dans cette «mal inspiration française».