01-05-2017 17:16 - Education : Manque cruel de tables-bancs et de manuels scolaires au lycée de Tidjikja

Education : Manque cruel de tables-bancs et de manuels scolaires au lycée de Tidjikja

Tawary - Le lycée de Tidjikja au centre du centre du pays connait un manque cruel de tables-bancs et de manuels scolaires, selon des sources locales informées. Dans des classes de 98 à 109 élèves, seules quelques 17 tables sont souvent disponibles. Ceci dit que les autres sont assis à même le sol, ajoutent les sources.

S’agissant des manuels scolaires en arabe,français, anglais, mathématiques et sciences quelques livres usés et d’ailleurs insuffisants trainent dans les bureaux de la direction de l’établissement. Comme ils ne couvrent pas les besoins, ils sont utilisés pendant le cours, par contre ceux des mathématiques, de la physique-chimie et de français pour les classes de 5e,6e et 7e sont quasi-inexistants, précisent les sources précitées.

A cela s’ajoute la situation déplorable des tableaux noirs et des bureaux. Aucune mesure ne semble être prise en compte par l’administration alors qu’il y a deux ans, le gouvernement avait décrété 2015, l’année de l’enseignement en Mauritanie.

Pour éradiquer ce fléau en milieu scolaire, un projet de tables-bancs visant à équiper tous les établissements scolaires (fondamental et secondaire) a été lancé par le président M. Mohamed Ould Abdel Aziz en 2014. Et il s’agit des produits des centres de formations professionnels ouverts dans les différentes capitales régionales.

Par curiosité, des observateurs s’interrogent, où, sont passés les milliers de livres acheminés en début d’année scolaire et les tables dans les établissements scolaires du pays ?

En plus, où, à quelles fins sont utilisées, les budgets de fonctionnement des établissements jusqu’à ne pas pouvoir avoir des tableaux noirs pratiques dans les salles de classe ?



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 2
Lus : 561

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (2)

  • hachmi (H) 01/05/2017 18:29 X

    C'est une anomalie partagée par toutes les structures éducatives de la Mauritanie. Aziz a joué à son cinéma en 2008, jurant de fournir des tables bancs en même temps fournir des marchés a toute les écoles cfpp, mais suite.....arrivée à une pire situation.

  • cccom (H) 01/05/2017 17:52 X

    Le probléme de l’enseignement n’est pas un probléme de tables , ni de bâtiments beton armés de luxe ni de manque de professeurs le probléme est un manque de systéme éducatif , car le systééme du Lycée Oughoul El Ouahatt de Maaden El Ervane intensif et gratuit enseignait sur des nattes ( et non tables) et dans un hangar en pailles sans besoin d’un seul professeur salarié de l’Etat e a réussi à donné à l’une école primaire de Maaden plus de bacheliers scientifique en 3 ans en moyenne (au lieu de 7 ans) que les admis au Bac zéro langue des 3 lycées publics qui encadrent 100 écoles primaires voisines à Aoujeft, Chiguetti et Ouadane réunis. Ce systéme j’ai proposé au Gouvernement d’en vulgariser un Projet dans la Moughataa d’Aoujeft pour compter du 15 juillet 2017 ; Je n’ai pas ncore eu de répons, mais je ne perds pas espoir malgrés l’ouragan du vote secret des 33 sénateurs qui ont trahi le peuple et l’Etat. Le systém Oughoul ElOuahatt réduit les coûts en terme d’argent et de temps de 70% cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr