04-05-2017 17:51 - Mauritanie : retrait progressif de l’enseignement fondamental aux écoles privées

Mauritanie : retrait progressif de l’enseignement fondamental aux écoles privées

Saharamédias - Le gouvernement mauritanien vient de décider l’obligation de l’uniformisation des programmes de l’enseignement primaire, en retirant progressivement et pendant trois ans, dès la prochaine rentrée scolaire, les autorisations aux écoles privées.

Celles-ci ne pourront pas ouvrir les deux premières années du fondamental qui seront réservés à l’enseignement public. Cette décision a été annoncée par le ministre de l’éducation lors d’une réunion avec les directeurs régionaux de l’enseignement.

Au cours de cette réunion le ministre a dénoncé la grande anarchie qui caractérise l’enseignement fondamental, rappelant que l’obligation faite aux écoles de dispenser l’enseignement en arabe, n’est pas respectée, celles-ci le dispense dans d’autres langues différentes.

Pour le ministre la disparité des programmes et les choix des parents d’élèves par une ignorance avérée des lois, empêchent toute connexion entre les élèves lors de cette étape cruciale de l’enseignement.

Le ministre a réaffirmé que dès la prochaine rentrée scolaire, il sera procédé au retrait des autorisations de dispenser l’enseignement fondamental au niveau de l’enseignement privé, et les élèves orientés vers l’enseignement public.

Interrogés par le ministre sur leur capacité à accompagner les nouvelles mesures, les directeurs régionaux ont fait état de l’existence de problèmes logistiques et techniques qui doivent être résolus avant la mise en pratique de la nouvelle mesure.

Parmi les problèmes posés l’ouverture de nouvelles écoles et la mobilisation d’un plus grand nombre d’enseignants, afin de pouvoir accueillir les dizaines de milliers d’élèves que doit libérer l’enseignement privé.

L’uniformisation de l’enseignement primaire et sa suppression au niveau du privé, étaient l’une des principales revendications brandies par les participants à la marche du manifeste des Haratines samedi dernier.





Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 5
Lus : 1993

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (5)

  • MAMOUDOU1976 (H) 06/05/2017 20:24 X

    MONSIEUR LE MINISTRE DEPUIS TA PRISE DE FONCTION VOUS N'AVEZ RIEN PU FAIRE POURQUOI? IL PARAIS QUE TOUT LE MONDE PÉDAGOGIQUE ATTENDAIT DE TOI CE QUE TOUT LES MAURITANIENS AVAIENT VU AVEC NOBGHOUHA EN 2007.MONSIEUR LE MINISTRE S'IL VOUS PLAIT LAISSEZ LES ÉCOLES PRIVÉES ENSEIGNER LES ENFANTS COMME L’ÉCOLE PUBLIQUE EST DÉLAISSEE PLUS QUE JAMAIS A CAUSE D'UN MANQUE DE SUIVI ET UN LAISSER-ALLER SANS PAREIL.EN REALITE PERSONNE NE VEUT PAYER POUR APPRENDRE.C'EST PARCE QUE RIEN NE VA, QUE LES PARENTS D’ÉLÈVES SACRIFIENT LEURS BIENS POUR L'AVENIR DE LEURS ENFANTS.QU'ALLAH VOUS BÉNISSE SI VOUS FERMEZ LES PRIVÉES POUR LA FORME,LAISSEZ LES FORMER DES CADRES.

  • Moussé (H) 05/05/2017 09:10 X

    Ou sont toutes ces écoles pour contenir tous ce beau monde

  • cccom (H) 04/05/2017 18:59 X

    Le probléme majeur de l’enseignement n’est pas au niveau du primaire mais du secondaire dont le systéme actuel assure de détruire l’avenir de 90% de nos enfants à grands frais.. Tant que le Ministére n’a pas répéré qu’il existe dans le pays et en exclusivité le systéme Oughoul El Ouahatt de Maaden El ervane intensif et gratuit qui assure un taux d’admission au Bac trilingue de 70% en 3 ans au lieu de 5% en 7ans avec une économie de 50 milliards d’UM/an au Budget de l’Etat et autant aux parents d’éléves, tous ses actes ressembleront aux crachats de l’aveugle dans le sable : creuse ici , crache ailleurs et enterre plus loin. Encore de la poudre aux yeux de l’Etat et du public. Ya hady ya rechid guide nos pas. cheikhany_ouldsidina@yahoo.fr

  • Bounana (H) 04/05/2017 18:33 X

    D'accord pour la mesure si tout les ministres et autres responsables civils et militaires donnent l'exemple en inscrivant leurs rejetons dans les écoles publiques.

  • Hamdoulah (H) 04/05/2017 18:09 X

    C'est l'art de raser la tête ou couper tout coups long à tous. Cette mesure ne sert à rien si elle n'est pas généralisée aux autres écoles des nantis. Il s'agira de rendre tout le monde cancre et commencer par l'enseignement du Hassania à tous. La contradiction qui est dans cette décision commence par la nullité des élèves dans toutes les écoles publiques à l'intérieur du pays dans tous les villages où, il est bien connu qu'il n y a pas un enseignement digne de ce nom, même dans les 2 premières années du fondamental.