15-05-2017 18:39 - Mauritanie : l’opposant à Ould Abdel Aziz, le sénateur Ould Ghadde déféré à la prison de Rosso

Mauritanie : l’opposant à Ould Abdel Aziz, le sénateur Ould Ghadde déféré à la prison de Rosso

Le sénateur Ould Ghadde, qui a comparu ce lundi 15 Mai devant le Tribunal de Rosso, a été finalement déféré à la prison de Rosso, dans le sud du pays, a appris CRIDEM d’une source proche du dossier.

Le sénateur Ould Ghadda, l’un des farouches opposants des réformes constitutionnelles proposées par le Gouvernement et du président Ould Abdel Aziz, a été arrêté vendredi à la suite d’un accident, sur la route de Rosso, qui a provoqué la mort de deux personnes, dont un enfant.

Au lendemain de son arrestation, des sénateurs sont montés au créneau pour dénoncer l’arrestation du sénateur Ould Ghadde, estimant qu’elle violait son "immunité".

Dans le sillage de cette condamnation, des partis politiques du Forum national pour la démocratie et l’unité (FNDU) s’étaient inquiétés de l’instrumentalisation de l’affaire Ould Ghadde, à des fins purement politiques.

Par Babacar Baye NDIAYE

©Cridem 2017

-----



Commentaires : 3
Lus : 3017

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Aboulamine (H) 16/05/2017 11:24 X

    @ salloumar et Bonbrutecinglé! Ce n'est pas humain de votre part de vous exprimer ainsi alors qu’il y a mort d’hommes ! Tout d'abord mes condoléances les plus attristées aux familles des 2 personnes mortes et C'est un grand dommage ! Donc c’est bien clair que c’est plutôt vous qui tentez de politiser cette question. Et c'est tout aussi dommage et malheureux, dans une terre d'islam qu'un Sénateur tue d'innocentes personnes et que des musulmans haussent le ton, s'empressent de brandir l’immunité du parlementaire, ensuite, parlent de politisation, tout simplement parce-qu'on a arrête ce Sénateur comme on arrêterait tout autre auteur de crime crapuleux ! Ici, l’Immunité doit être levée et le Sénateur, répondre de ses actes ! اللهمّ اغفر لهما و ارحمها انّا لله و انّا اليه راجعون

  • Bonbrutecinglé (H) 15/05/2017 20:16 X

    Cela était prévisible depuis le départ, le système Maky SALL et le Système Aziz vont de paires, c’est une occasion pour le régime d’humilier les élus de la république, avec le régime d’Aziz, être élu opposant ou manœuvre c’est la même chose, les élus opposants n’ont pas de d’humilité ni de respect pour lui. L’homme dispose des armes non conventionnelles pour abattre ses ennemis.

  • salloumar (H) 15/05/2017 19:15 X

    Encore une innovation dans la médiocratie du régime des bidasses, mettre un élu de la république en prison, suite à un tragique accident de circulation , sans lever son immunité parlementaire. Vivement 2019! Salam Oumar Débé