20-07-2017 08:30 - Mauritanie: un syndicat déplore les résultats catastrophiques du baccalauréat

Mauritanie: un syndicat déplore les résultats catastrophiques du baccalauréat

Le360 - Les années passent et le système éducatif mauritanien poursuit sa descente dans les abysses de la médiocrité. Une réalité implacable comme l'atteste la cuvée du baccalauréat de l'année scolaire qui vient de s'achever.

Illustration avec cette déclaration du Syndicat national de l’enseignement secondaire (SNES), rendue publique mercredi. Celui-ci déplore les résultats catastrophiques enregistrés au BAC 2017, dans toutes les séries.

Dans les séries Lettres modernes (LM) et Lettres originelles (LO), le nombre de 625 admis, ne représente que 4,4% des candidats. Pour le Bac «C» (Mathématiques), sur un total de 371 postulants, on a enregistré un taux de réussite de 15,43%. Sur ce point, le syndicat dénonce une appréciation de satisfaction du ministre de l’Education nationale parlant «d’une amélioration du taux de réussite dans la filière mathématiques, qui atteint 19,64%, contre 17,69% l’année précédente».

Mais dans les faits, le syndicat affirme «que le taux de réussite de cette filière a connu une baisse passant de 18,13% en 2016, à seulement 15,43% cette année».

Par ailleurs, le SNES relève que la déclaration d’auto satisfaction des autorités a été rendue publique quelques heures avant la publication des résultats de la série «D» (Sciences expérimentales) qui compte 25.720 candidats, soit plus de la moitié du total des postulants au BAC 2017, toutes options confondues, «qui finalement, n’a enregistré que 1.282 admis, soit un taux de réussite de 5%».

Sur la base de ce constat, le SNES appelle les autorités gouvernementales à prendre des mesures urgentes de nature à améliorer la qualité de l’enseignement et exhorte «à la mobilisation des enseignants et des parents d’élèves en vue de sauver un système éducatif» qui envoie signaux d’alarme et de détresse depuis plusieurs dizaines d’années.

Depuis 1967, le système éducatif mauritanien a subi plusieurs réformes. Toutefois, toutes ces réformes n'ont eu pour effet que de dégrader la qualité de l’enseignement.

Ainsi, cet expert en sciences de l’éducation pose un préalable: «Il faut donner un objectif à l’éducation à partir du type de citoyen qu’on voudrait former : un intégriste ou un citoyen moderne.

C’est sur la base de ce principe qu’on peut définir un programme et exiger des résultats. Actuellement on tourne en rond et passe à côté de l’essentiel. Ce qui fait que toutes les réformes se soldent par des échecs et la dégradation du niveau des élèves».


Par notre correspondant à Nouakchott Cheikh Sidya



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Le360 (Maroc)
Commentaires : 3
Lus : 1523

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • a.bennan (H) 20/07/2017 16:07 X

    Ns en avons eu pour notre"argent"c' tout.Croyez vs pouvoir former des ingénieurs et des scientifiques avec un prsonel d'enseignement a bas niveau et habitant dans des maisons a tôles ondulées!!!il faut y mettre le Prix car la priorité N1 est bien l'éducation.Mais au fait,a qui je

  • sahelien (H) 20/07/2017 13:46 X

    Est-ce que dans toutes les "reformes" depuis 1967 avez-vous penser une minute a la possibilite d'eliminer le bac? Ca serait une option viable a consider lorsqu'on sait que ce diplome-butoir n'existe que dans le systeme Francophone (ou presque). il y a de nombreux systemes educatifs qui fonctionnent superbement bien sans rejetter 70 a 90% de la jeunesse. Sans compter que l'entree en universite ne devrait jamais etre la principale porte d'apprentissage dans un pays qui cherche a se construire.....les metiers et formation techniques offrent de solide potentiel pour une vie enrichissante. et elles merite valorisation........

  • jakuza (H) 20/07/2017 10:50 X

    L'éducation nationale est le pilier central d'un pays et son effritement peut mener à l'effondrement de l'édifice. Que Dieu nous en préserve!