26-07-2017 18:16 - Accusé de viol, il demande à jurer

Accusé de viol, il demande à jurer

L'Authentique - Un jeune maçon mauritanien, habitant à Sebkha, a été accusé de tentative de viol par une femme. Malgré ses dénégations, il a été conduit à la police et devrait être écroué incessamment. Face à la police, le jeune a tout rejeté non sans exprimer sa disponibilité pour jurer devant le Coran.

Pourtant, dans le quartier où il habite, l’infortuné semble bien apprécié par le voisinage. Il est décrit comme un casanier qui vit seul dans une chambre qu’il loue. El le jeune vit de la maçonnerie.

Il sera surpris un jour où il mijotait un plat, lorsqu’une femme, accompagné de son mari s’introduisirent dans la maison. Dès qu’elle le vit, la femme point son doigt sur lui et dit à son mari "c’est lui". Le jeune semblait médusé et ce n’est qu’une fois au commissariat qu’il sut qu’il était accusé de tentative de viol sur la plaignante.

Cette dernière raconte qu’une nuit où elle était seule à la maison, son mari s’étant absenté, un homme s’est introduit dans la maison. Elle dit s’être réveillé et pointa sa torche sur lui. Paniqué, il aurait prit la fuite. Elle semblait formelle "c’est lui, je reconnais son visage". A la police, il demanda à ce que lui et la femme jurent sur le Saint Coran.

Ce que la femme a refusé de faire. Au commissaire qui lui demandait pourquoi la femme a laissé tout le monde pour l’accuser lui en personne, il répondit "c’est un coup monté par la femme et son mari pour trouver de l’argent ; il pense que je vais paniquer et demander un arrangement et comme ça ils s’en tirent mais je refuse, ce n’est pas moi, je ne suis jamais rentré dans une maison autre que la mienne". Une défense qui ne lui fit d’aucun secours. Il a été présenté au parquet en début de présente semaine.

Ahmed. B



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Commentaires : 3
Lus : 2241

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (3)

  • Bertrand (H) 27/07/2017 10:53 X

    La femme aussi est noire. Mais il faut être assuré de son innocence avant de le libérer. Tout délinquant niera les faits. Il faut faire une enquête

  • lass77 (H) 26/07/2017 22:06 X

    Quelles sont les preuves ? On est devant un cas de fornication forcée ou d'adultère, alors où sont les preuves oculaires telles l'exige la:charia. C'est injuste de mettre quelqu'un en prison sans preuve.

  • ardombantou (H) 26/07/2017 21:07 X

    Oui c'est ça la justice au pays (***), le jeune maçon est forcément un noir, et quand on est noir en Mauritanie, la police et la justice ne vous écoute pas. Pays de merde.