14-11-2017 11:11 - Des dirigeants africains appellent à permettre au continent d'assumer sa propre sécurité

Des dirigeants africains appellent à permettre au continent d'assumer sa propre sécurité

Africanews - Des dirigeants africains ont appelé lundi à aider leurs Etats à assurer leur propre sécurité, à l’ouverture de la quatrième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique.

“La réponse militaire doit être solidaire et globale pour ne laisser aucun sanctuaire aux groupes terroristes”, a déclaré le président sénégalais Macky Sall, en présence de ses homologues rwandais Paul Kagame et malien Ibrahim Boubacar Keïta.

“Le risque aujourd’hui, c’est de voir des terroristes vaincus ailleurs chercher des zones de repli en Afrique, a dit M. Sall, en référence notamment aux revers subis par le groupe Etat islamique (EI) en Irak et en Syrie.

“Il faut se garder des solutions toutes faites, conçues sans les Africains”, a-t-il ajouté. “Les conséquences de ces interventions, nous les vivons au Sahel, sont souvent pires que le mal qu’elles étaient censées soigner”, a-t-il ajouté, faisant allusion à l’intervention occidentale en Libye en 2011.


"Si nous laissons les autres définir nos défis et prendre la responsabilité de régler nos problèmes, nous ne pouvons nous en prendre qu'à nous-mêmes."


La ministre française des Armées, Florence Parly, a salué la mémoire des victimes des attentats du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts à Paris et dans sa banlieue.

“Nous n’oublions pas que nos amis africains savent ce que signifie d‘être frappé dans sa chair par la barbarie terroriste”, a-t-elle dit, réitérant le soutien de la France à la “force conjointe” de lutte contre les jihadistes que sont en train de constituer les pays du G5 Sahel, avec l’appui de la force française Barkhane déployée dans la région (4.000 hommes).

La force du G5 Sahel (Tchad, Niger, Mali, Burkina Faso et Mauritanie) est “une initiative africaine qui est un succès”, a assuré la ministre française. “Je crois que c’est cela le sens de l’Histoire”, a-t-elle commenté en répétant qu’il était “important que la communauté internationale apporte son plein soutien à cette initiative”.

“L’idée (de cette force) moquée, raillée au départ, a je crois aujourd’hui convaincu de sa pertinence”, a affirmé de son côté M. Keïta, président en exercice du G5 Sahel.

“Quand on voit comme on mégote aujourd’hui le financement dont nous avons besoin pour une oeuvre commune…”, a-t-il déploré, alors que la force conjointe peine à attirer des financements, au-delà des contributions promises par la France, l’UE et les Etats-Unis.

Selon le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, “la force multinationale contre (le groupe jihadiste nigérian) Boko Haram et (celle du) G5 Sahel sont les dernières illustrations de la doctrine africaine des opérations de soutien à la paix”.

“Il est de la plus haute importance que les Nations unies apportent le soutien requis à ces initiatives pour leur permettre de réaliser leur potentiel”, a-t-il plaidé.

M. Kagame, qui présidera l’UA en 2018, a exhorté ses pairs africains à se prendre en main. “Si nous laissons les autres définir nos défis et prendre la responsabilité de régler nos problèmes, nous ne pouvons nous en prendre qu‘à nous-mêmes”, a-t-il lancé, tout en reconnaissant l’importance de la coopération internationale.

“Il faut que l’Afrique prenne en charge sa sécurité, mais pour cela il faut que nos partenaires nous accompagnent”, a insisté Macky Sall. “La maintenance des forces, les indemnités à payer, le comblement d’effectifs… Là, l’Union européenne, les Nations unies pourront venir en appoint. Mais la base doit être assurée par les Africains”.

AFP



Les articles, commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité


Source : Africanews
Commentaires : 1
Lus : 538

Postez un commentaire

Charte des commentaires

A lire avant de commenter! Quelques dispositions pour rendre les débats passionnants sur Cridem :

Commentez pour enrichir : Le but des commentaires est d'instaurer des échanges enrichissants à partir des articles publiés sur Cridem.

Respectez vos interlocuteurs : Pour assurer des débats de qualité, un maître-mot: le respect des participants. Donnez à chacun le droit d'être en désaccord avec vous. Appuyez vos réponses sur des faits et des arguments, non sur des invectives.

Contenus illicites : Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes ou antisémites, diffamatoires ou injurieux, divulguant des informations relatives à la vie privée d'une personne, utilisant des oeuvres protégées par les droits d'auteur (textes, photos, vidéos...).

Cridem se réserve le droit de ne pas valider tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou grossier. Merci pour votre participation à Cridem!

Les commentaires et propos sont la propriété de leur(s) auteur(s) et n'engagent que leur avis, opinion et responsabilité.

Identification

Pour poster un commentaire il faut être membre .

Si vous avez déjà un accès membre .
Veuillez vous identifier sur la page d'accueil en haut à droite dans la partie IDENTIFICATION ou bien Cliquez ICI .

Vous n'êtes pas membre . Vous pouvez vous enregistrer gratuitement en Cliquant ICI .

En étant membre vous accèderez à TOUS les espaces de CRIDEM sans aucune restriction .

Commentaires (1)

  • ELVALLI (H) 14/11/2017 12:12 X

    Les français sur ordre de Sarko qui a pris à contre-pieds la politique de De-Gaulle sont partis en guerre à tort contre des nations juste pour suivre l’interventionnisme armé, criminel et à but néo impérialiste des anglo-saxons. C’est bien pour cette raison qu’ils sont la cible des terroristes et non pas à cause de «leurs valeurs» qui leur permettent de boire du vin sur les terrasses ou de danser dans des cabarets comme le disent leurs politiques… Le terrorisme en Afrique est la résultante de cet interventionnisme coupable des occidentaux partout dans le continent, en Libye notamment et, le déversement par leur mafia et leurs services secrets d’armes et de drogue. Le Sahel se transforme sous nos yeux en bases militaires franco-américaines qui veulent nous réoccuper militairement et faire main basse sur nos richesses minières. L’Histoire retiendra les noms de nos dirigeants actuels qui à l’image des roitelets africains leur ont facilité le commerce des esclaves et l’occupation coloniale dans la foulée. Dakar doit fermer ce cirque de colloques d’intellectuels à la solde des colons qui veulent nous convaincre que la France et son ministre de guerre femme est là pour notre sécurité…